Alerte sur la prophylaxie post-exposition contre la rage aux Philippines


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a émis des conseils pour les voyageurs et le personnel de santé concernant des produits falsifiés pour la prophylaxie post-exposition contre la rage.

L’ECDC a indiqué que les voyageurs et touristes qui ont récemment reçu une prophylaxie post-exposition contre la rage aux Philippines doivent contacter les services de santé, en raison d’inquiétudes concernant l’administration éventuelle dans ce pays de vaccins et de sérums antirabiques falsifiés.

Plus tôt ce mois-ci, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Agence philippine des produits alimentaires et médicamenteux (Philippines Food and Drug Administration) avaient publié une alerte concernant trois vaccins antirabiques falsifiés différents et un sérum antirabique falsifié en circulation aux Philippines. L’alerte fournit des informations sur la manière de distinguer le véritable vaccin des versions falsifiées. 

On ignore actuellement si des citoyens de l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) ont reçu des vaccins ou sérums antirabiques falsifiés aux Philippines.

Si la rage peut être présente chez les chiens, les chauves-souris et d’autres mammifères aux Philippines, le risque pour les voyageurs de l’UE/EEE est en revanche très faible pour peu que des mesures de prévention de base soient respectées. 

L’ECDC a indiqué que les autorités de santé publique peuvent envisager de recommander la revaccination des voyageurs revenant des Philippines qui ont reçu une prophylaxie post-exposition, en cas d’incertitude concernant l’authenticité et la fiabilité des sources d’où proviennent les produits utilisés. En cas de retard dans l’administration d’une dose du vaccin, l’OMS recommande de reprendre la prophylaxie post-exposition.