AIDS 2020 – Le remdésivir est bien toléré en usage compassionnel et il est associé à une amélioration clinique chez les patientes enceintes atteintes du COVID-19


  • Liz Scherer
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’usage compassionnel du remdésivir (RDV) par voie intraveineuse (IV) dans une cohorte de femmes enceintes atteintes d’une forme grave de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) suggère une amélioration des résultats cliniques et l’absence de nouveau signal de sécurité.
  • Plus de données sont nécessaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’administration de RDV peut être envisagée chez les patientes enceintes atteintes d’une forme grave du COVID-19, mais la balance bénéfice/risque doit être évaluée avec attention, en particulier en ce qui concerne les résultats fœtaux. 

Principaux résultats

  • 86 patientes, dont 67 enceintes et 19 ayant accouché avant la première dose, qui ont été reclassées comme post-partum.
  • RDV initié aux jours 0 (n = 7), 1 (n = 8), 2 (n = 3) et 3 (n = 1).
  • À l’entrée dans l’étude, 95 % (18/19) des patientes post-partum et 40 % (27/67) des femmes enceintes (âge gestationnel médian : 28 semaines [intervalle : 14–39]) étaient sous ventilation artificielle (VA) ou oxygénation par membrane extracorporelle.
  • Un accouchement par césarienne (AC) en urgence a été réalisé chez 37 % (32) de l’ensemble des femmes et 79 % (15/19) de celles ayant accouché avant l’instauration du RDV.
  • Dans l’ensemble, 45 accouchements (58 % des femmes enceintes au moment de l’instauration du RDV) ont eu lieu ; les femmes recevant du RDV post-partum présentaient un taux plus élevé d’AC (95 % contre 83 % des femmes enceintes, respectivement).
  • Dans l’ensemble, le taux d’amélioration clinique le plus élevé a été observé chez les femmes enceintes sans VA intensive à l’entrée dans l’étude : 95 % sont sorties de l’hôpital, 98 % ont présenté une amélioration clinique quelle qu’elle soit, et 95 % ont présenté une amélioration d’au moins 2 points.
  • Apport en oxygène : 97 % des femmes enceintes, contre 90 % des patientes post-partum.
  • Récupération à l’air ambiant : 94 % des femmes enceintes, contre 84 % des patientes post-partum ; 88 % des femmes enceintes sorties de l’hôpital, contre 74 % des patientes post-partum ; 96 % des femmes enceintes extubées, contre 89 % des patientes post-partum. 
  • Aucun décès maternel n’a été enregistré.

Méthodologie

  • Analyse rétrospective de l’usage compassionnel du RDV, à raison d’une dose de charge de 200 mg par voie IV, suivie de 100 mg par voie IV pendant 2 à 10 jours, chez des patientes consécutives enceintes et post-partum américaines présentant une forme grave du COVID-19, jusqu’en mai 2020.
  • Financement : Gilead Pharmaceuticals.

Limites

  • Petit échantillon. 
  • Absence de bras comparateur. 
  • Aucune donnée concernant les résultats fœtaux. 

Commentaire

Richard Burwick, investigateur principal de l’étude, a déclaré que « compte tenu des données récentes publiées par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention) démontrant un risque plus élevé d’admission en USI chez les femmes enceintes atteintes du COVID-19, ces données suggèrent que les résultats cliniques et de sécurité d’emploi sont similaires chez les patientes enceintes et non enceintes, et fournissent un argumentaire solide pour l’inclusion des femmes enceintes dans de futures études cliniques. »