AHA : Un certain bruit en épidémiologie cardiovasculaire ?

  • Dr Philippe Tellier

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les sources de bruit dans l'environnement sont nombreuses et variées. Il en certaines qui tiennent plus à cœur que d'autres au travers du filtrage cérébral plus ou moins opérationnel selon les individus. De facto, le niveau de bruit environnemental a été globalement et grossièrement associé à une augmentation du risque d'évènements cardiovasculaires majeurs (ECVM). Même si le lien de causalité n'est pas formellement établi, il est licite de s'interroger sur les mécanismes susceptibles d'expliquer une telle association, ne serait-ce que pour constater la pauvreté des informations dans ce domaine.

Le stress psychosocial, pour sa part, est un facteur associé aux ECVM au travers de phénomènes mieux connus quoique très imparfaitement connus. Il semble que toute une série de mécanismes d'action soit mise à contribution, à commencer par l'activation métabolique de l'amygdale, une région cérébrale particulièrement impliquée dans la réponse au stress. A l'autre bout de la chaine se situe l'inflammation de la paroi artérielle avec, entre les deux niveaux, d'autres voies de transmission.
Bruit et stress psychosocial : des parentés neurobiologiques ?

Department of Transportation's Aviation and Highway Noise Map

Bruit élevé, risque cardiovasculaire élevé…

versus