AHA 2019 — L’inclisiran offre une forte réduction du LDL avec une injection deux fois par an


  • Daniel M. Keller, Ph.D
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’essai ORION-10 a montré que l’inclisiran semi-annuel, un petit acide ribonucléique interférent, a produit de fortes réductions, durables, du cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C) chez des patients atteints d’une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (MCVAS) à haut risque, prenant des traitements hypolipémiants.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le mécanisme d’action de l’inclisiran est différent des médicaments actuels, et suggère qu’il pourrait constituer un bon traitement adjuvant dans les cas où une réduction supplémentaire du LDL-C est requise.
  • L’injection semi-annuelle pourrait permettre d’améliorer l’observance.

Protocole de l’étude

  • Patients âgés de ≥ 18 ans, atteints d’une MCVAS avec LDL-C ≥ 70 mg/dl et recevant les doses maximales tolérées de statine ± ézétimibe.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir une injection d’inclisiran 300 mg (n = 781) ou de placebo (n = 780)aux jours 1, 90, 270 et 450.

Principaux résultats

  • Les groupes étaient bien équilibrés à l’entrée dans l’étude en ce qui concerne l’âge (médiane de 66-67 ans), le LDL-C (105 mg/dl), le sexe, les comorbidités et les médicaments abaissant le LDL-C.
  • Au jour 540 (90 jours après la dernière dose), le LDL-C moyen a diminué de 56 mg/dl sous inclisiran contre 1 mg/dl d’augmentation sous placebo (P 
  • À 3 mois, une diminution du LDL-C de > 50 mg/dl a été observée et a duré pendant 18 mois. Inclisiran vs placebo, P 
  • La sécurité d’emploi était équivalente au placebo.
  • Événements indésirables (EI) :
    • Diabète : inclisiran, 15 % ; placebo, 14 %.
    • Réactions transitoires au site d’injection : inclisiran, 2,6 % ; placebo, 0,9 %.
    • Aucune différence n’a été observée en matière d’EI graves.
    • Aucune toxicité hépatique, rénale, musculaire ou plaquettaire n’a été relevée.
  • L’étude était financée par The Medicines Company.

Limites

  • L’effet de l’inclisiran sur les autres lipides est inconnu.
  • L’observance en contexte d’administration peu fréquente n’a pas été étudiée.
  • La sécurité d’emploi et l’efficacité à long terme sont inconnues.
  • Le taux de résultats cliniques avec ou par rapport aux statines seules n’est pas connu.