AHA 2019 — L’icosapent éthyl a ralenti la progression de la plaque coronaire, mais le critère d’évaluation principal n’a pas été satisfait


  • Daniel M. Keller, Ph.D
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’icosapent éthyl (l’acide éthyl eicosapentaénoïque, IPE) a ralenti la progression de plusieurs formes de plaque d’artère coronaire dans une analyse intermédiaire de l’essai EVAPORATE, mais le critère d’évaluation principal n’a pas été satisfait.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une protection supplémentaire contre la progression de la plaque est nécessaire au-delà des effets protecteurs des statines pour réduire le risque d’événements cardiovasculaires.
  • Bien que l’IPE ralentisse la progression, une progression a tout de même été observée.

Protocole de l’étude

  • Patients âgés d’au moins 45 ans présentant des triglycérides à jeun élevées (TG ; 135 à 499 mg/dl) sous traitement stable par statine, un cholestérol à lipoprotéines de basse densité > 40 et ≤ 115 mg/dl, au moins 1 sténose coronarienne ≥ 20 % à la TDM, et une fonction rénale normale.
  • Étude EVAPORATE en double aveugle : patients affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’IPE (n = 40) 4 g/jour ou un placebo (n = 40) pendant 18 mois.
  • Critère d’évaluation principal : progression de la plaque d’atténuation faible.
  • Amarin Pharma a financé l’étude et fourni le médicament.

Principaux résultats

  • Variation de la plaque par rapport à la référence : IPE (n = 30) par rapport au placebo (n = 37), valeur P ajustée (données intermédiaires à 9 mois) :
    • Calcification : −1 % contre 9 % ; P = 0,001. L’IPE a ralenti la progression de 89 %.
    • Fibreuse : 17 % contre 40 % ; P = 0,0109. L’IPE a ralenti la progression de 57 %.
    • Total non calcifié : 35 % contre 43 % ; P = 0,0103. L’IPE a ralenti la progression de 19 %.
    • Plaque totale : 15 % contre 26 % ; P = 0,0004. L’IPE a ralenti la progression de 42 %.
    • Aucune différence significative entre l’IPE et le placebo dans les plaques fibro-lipidiques ou à faible atténuation n’a été observée.
  • L’efficacité de l’IPE était constante dans plusieurs sous-groupes et sur la plage complète des TG de référence.

Limites

  • Essai de courte durée.
  • Petite cohorte avec quelques abandons.
  • L’effet de l’IPE sur les autres paramètres lipidiques est inconnu.
  • L’effet sur les futurs résultats cardiovasculaires est également inconnu.