AHA 2018 — La réadaptation cardiaque par le yoga retarde les événements cardiaques indésirables et améliore la QdV


  • Hao Cheng, MD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La réadaptation cardiaque par le yoga réduit les résultats cardiaques indésirables et améliore la QdV.

Pourquoi est-ce important ?

  • La réadaptation cardiaque (RC) est une indication de classe 1 pour les patients après un infarctus du myocarde (post-IM).
  • La RC est pratiquement inexistante dans les pays à revenus faibles à intermédiaires, et est peu utilisée dans les pays à revenus élevés.

Protocole de l’étude

  • Étude PROBE, organisée dans 24 centres en Inde.
  • Des patients âgés de 18 à 80 ans ayant eu un IM aigu au cours des 14 derniers jours et ne pratiquant pas régulièrement le yoga ont été inclus.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire au groupe bénéficiant d’une réadaptation cardiaque par le yoga ou au groupe bénéficiant de la prise en charge standard améliorée.
  • Le critère d’évaluation principal était le délai jusqu’au premier événement cardiaque (critère composite de décès, IM non mortel et AVC) et les admissions aux urgences pour un événement cardiaque, ainsi que la QdV à 12 semaines.

Principaux résultats

  • 3 959 participants au total ont été suivis pendant 50 mois
  • Les patients affectés de manière aléatoire au groupe bénéficiant d’une réadaptation cardiaque par le yoga n’ont pas présenté de différence significative en matière de survie (RR : 0,91 ; IC à 95 % : 0,72–1,15 ; P = 0,41).
  • Cependant, les participants ayant terminé la réadaptation cardiaque par le yoga (c’est-à-dire, ayant participé à 10 séances au moins) ont présenté un taux significativement inférieur d’événements cardiaques au fil du temps (RR : 0,54 ; IC à 95 % : 0,38-0,76 ; P 
  • L’amélioration de la QdV autoévaluée était significativement supérieure dans le groupe pratiquant le yoga (P = 0,002).

Limites

  • Jeunes patients, faible taux d’événements cardiovasculaires, puissance statistique limitée de l’étude.