AHA 2018 — L’assistance informatique améliore l’anticoagulation et réduit les événements cardiaques indésirables dans le cadre de la FA


  • Hao Cheng, MD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les stratégies décisionnelles informatisées (SDI) basées sur des alertes ont multiplié par près de trois les prescriptions d’anticoagulants et réduit l’infarctus du myocarde et l’AVC chez les patients hospitalisés atteints d’une FA.
Pourquoi est-ce important ?
  • Malgré les données probantes et les recommandations cliniques, au moins 30 % des patients atteints d’une FA ne sont pas anticoagulés, ce qui entraîne des augmentations des événements indésirables majeurs, notamment des AVC et des infarctus du myocarde.
  • Cette étude a déterminé l’effet des SDI basées sur des alertes sur la prescription d’anticoagulants.

Protocole de l’étude

  • Essai contrôlé randomisé séparant les patients hospitalisés atteints d’un FA sans prescription active d’anticoagulants dans les groupes ALERT et NO ALERT.
  • Le critère d’évaluation principal était le taux de prescription d’anticoagulants pendant l’hospitalisation, à la sortie de l’hôpital et à 90 jours.
  • Le critère d’évaluation secondaire était l’occurrence d’un critère composite d’événements cardiovasculaires indésirables majeurs (ECIM), à savoir un AVC, une embolie systémique, un infarctus du myocarde et la mortalité toutes causes confondues 90 jours après l’inclusion.

Principaux résultats

  • 458 patients ont été randomisés, dont 248 dans le groupe ALERT. 
  • Par rapport au groupe NO ALERT, le groupe ALERT présentait :
    • Un taux supérieur de prescriptions d’anticoagulants à des intervalles déterminés (19,4 % contre 15 % ; P 
    • Un taux inférieur d’ECIM (11,3 % contre 21,9 % ; P = 0,002), attribuable à des taux inférieurs d’infarctus du myocarde  (P = 0,0002) et d’AVC/accident ischémique transitoire/embolie systémique (P = 0,01) à 90 jours.

Limites

  • Les SDI nécessitent un investissement dans la programmation et l’infrastructure informatique médicale, qui n’existent pas nécessairement partout.