Agressivité et agitation du sujet âgé dément : les approches non pharmacologiques plus efficaces que les approches médicamenteuses

  • Watt JA & al.
  • Ann Intern Med
  • 15 oct. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Cette méta-analyse en réseau réalisée par une équipe canadienne montre que les approches non pharmacologiques, et en particulier les interventions pluridisciplinaires, le massage et les thérapies par le toucher, ainsi que la musique associée au massage et aux thérapies par le toucher, paraissent plus efficaces que les approches médicamenteuses pour réduire l’agressivité et l’agitation des sujets âgés déments. 
  • Ce constat et les effets indésirables potentiels associés aux traitements médicamenteux devraient amener à prioriser  les approches non pharmacologiques chez les patients déments.

 

La grande majorité des personnes atteintes de démence présentent des symptômes neuropsychiatriques et notamment des épisodes d’agressivité, d’agitation et d’anxiété. Ces troubles psychologiques et comportementaux altèrent fortement la qualité de vie des patients, de leurs accompagnants et des soignants. Différentes approches pharmacologiques et non pharmacologiques sont utilisées pour les prendre en charge. Bien que les premières soient associées à une augmentation du risque de chute et de la mortalité dans cette population, elles continuent à être utilisées en l’absence de recommandations priorisant les approches non pharmacologiques en première ligne. En cause, l’absence d’essais contrôlés randomisés en face-face.

Après avoir passé en revue tous les essais contrôlés randomisés s’étant emparés de ce sujet, une équipe canadienne a comparé l’efficacité des approches pharmacologiques et non pharmacologiques pour réduire l’état d’agitation des patients atteints de démence dans le cadre d’une méta-analyse en réseau.

Au total 163 études représentant 23.143 patients ont été incluses. Ces patients avaient 70 ans ou plus et au moins la moitié étaient des femmes. Parmi ces études, 148 (21.686 patients) évaluaient des interventions visant à réduire l’agressivité et l’agitation. Les différences moyennes standardisées (DMS) des scores sur l’échelle d’agitation de Cohen-Mansfield montraient que les approches pluridisciplinaires (DMS -0,5 [-0,99 à -0,01]), le massage et les thérapies par le toucher (-0,75 [-1,12 à -0,38]), ainsi que la musique associée aux approches par le toucher (-0,91 [-1,75 à -0,07]), apparaissaient plus efficaces que les soins usuels. À l’exception des activités récréatives, l’effet de toutes les approches non médicamenteuses était important sur le plan clinique. Le risque élevé de biais identifié dans 46% des études incluses dans cette méta-analyse constitue cependant une limite à ces résultats.