Agnès Buzyn, favorable à titre personnel à l’autorisation de l’euthanasie

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Paris, le vendredi 19 mai 2017 - Emmanuel Macron s'est peu exprimé sur les questions éthiques durant sa campagne. Concernant l'accompagnement de la fin de vie, dans nos colonnes, le professeur Jérôme Salomon, l'un de ses porte-parole sur les questions de santé, avait souligné la nécessité de prendre le temps d'évaluer l'application de la nouvelle loi avant d'envisager d'autres évolutions. « Il faut éviter l'accumulation législative qui est presque néfaste » avait-il jugé. De son côté, l'encore candidat Emmanuel Macron renchérissait dans les colonnes de la Croix : « Sur ce sujet, céder aux oukases des uns ou des autres n'est pas une bonne chose ». Il ajoutait en outre « Je suis favorable à ce que le débat avance mais je ne me précipiterai pas pour légiférer ». Il est donc peu probable qu'une loi légalisant l'euthanasie et/ou le suicide assisté ne soit défendue au cours de la mandature à venir.

L'accès des couples de femmes à la PMA, ce n'est pas encore maintenant

Le professeur Agnès Buzyn, nouveau ministre de la Santé, aurait pourtant probablement pu assumer la responsabilité de porter une telle évolution. Comme le rappelle le site Famille Chrétienne, celle qui était alors présidente de l'Institut national du cancer (INCA) s'était déclarée favorable...