AFSOS 2018 – Résultats préliminaires d’une étude randomisée sur les bienfaits de l’activité physique adaptée dans le cancer du pancréas

  • Elodie du Potet
  • Actualités Congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’étude APAcAP est la première étude randomisée étudiant l’effet de l’activité physique dans le cancer du pancréas.
  • Les résultats préliminaires sont très favorables sur tous les paramètres étudiés (fatique, qualité de vie (QdV)) et l’étude poursuit son cours.

 

Pourquoi est-ce important?

  • L’effet de l’activité physique adaptée (APA) sur la cellule et l’environnement musculaire, sur la fatigue, les symptômes et la diminution des effets secondaires des traitements est maintenant bien documenté.
  • Quelques études randomisées ont pu montrer une association entre APA et survie dans le cancer du sein.
  • Aucune étude randomisée sur l'APA n’existe à ce jour dans le cancer du pancréas.

Conception de l’étude

  • L'étude APAcAP est multicentrique. Démarrée en 2014, elle porte sur des patients atteints d’adénocarcinome du pancréas avancé en 1ère ligne de traitement.
  • Les patients sont randomisés de façon à recevoir une chimiothérapie associée ou non à une APA (aérobie, exercices de tonification musculaire) à domicile avec accompagnement.
  • L’étude prévoit l’inclusion de 200 patients avec un taux de patients non évaluables estimé à 5 %.
  • Le critère principal inclut la fatigue (questionnaire MFI-20) et la QdV (HRQoL sur la base de 4 dimensions : QdV, fatigue, douleur et fonctionnement physique) à 4 mois.
  • Des études ancillaires sont menées en parallèle sur les paramètres biologiques (rôle du TGF-Bêta) et d’imagerie (évaluation de la sarcopénie), ainsi que l’étude des facteurs pronostiques.

Principaux résultats

  • 195 patients ont été inclus à ce jour.
  • Les résultats préliminaires montrent un effet bénéfique de l’APA sur tous les paramètres étudiés (n = 46).
  • A mi-parcours, le taux de patients non évaluables était important (n = 54/100). Ce taux élevé est attribuable au refus des patients de compléter les nombreux questionnaires et au défaut de délivrance ou de récupération des questionnaires par le personnel soignant.
  • Des mesures correctrices ont été prises pour la suite de l’étude :
    • Un allègement des questionnaires
    • Une analyse intermédiaire à mi-parcours (n = 100) et le recrutement de 300 patients au total (patients non évaluables= 30%)
    • L’ouverture de centres supplémentaires
    • L’apport d’informations supplémentaires aux médecins investigateurs

 

Limitations

 Le taux élevé de patients non évaluables

 

Commentaire d’expert

Selon une participante, le succès d'un programme d'APA repose sur une information aux patients  dès la consultation d’annonce, en leur précisant que leur participation active sera nécessaire. Cette participante propose de rajouter cette notion  dans les guidelines.