Adolescents européens : baisse inégale des consommations de drogues


  • Serge Cannasse
  • Actualités socio-professionnelles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Depuis 1995, des adolescents européens de 16 ans, scolarisés, sont interrogés sur leur consommation de substances psychoactives au cours de l’enquête ESPAD ( European School Survey Project on Alcohol and other Drugs ). La dernière a eu lieu entre mars et mai 2019, dans 35 pays européens. Ses résultats montrent un repli sensible des usages de tabac et d’alcool depuis le début des années 2000, mais pas du cannabis.

L’usage du tabac en baisse constante

Alors qu’en 1995, près de 7 adolescents européens sur 10 déclaraient avoir déjà fumé, ils ne sont plus que 4 sur 10 en 2019. Au cours de la même période, les fumeurs quotidiens sont passés de 20 à 10%.

Cette baisse concerne aussi les jeunes Français. La proportion de ceux qui fument quotidiennement est passée de 31% en 1999 à 23% en 2011 et 12% en 2019. Elle rejoint peu à peu celle des jeunes Européens (moyenne 23% en 1999, 18% en 2011 et 10% en 2019).

L’enquête s’est intéressée pour la première fois à la cigarette électronique. En moyenne, 4 élèves européens de 16 ans sur 10 déclarent en avoir fait l’expérience. Les niveaux de vapotage des jeunes Français se situent un peu au-dessus de cette moyenne avec 46 % d’expérimentateurs.

Diminution de la consommation d’alcool, modérée et inégale

En 1995, 88% des jeunes Européens déclaraient avoir bu de l’alcool. Ils sont 79% en 2019. Cette baisse est continue depuis 2003, mais pour les jeunes Français seulement depuis 2011. Leur consommation d’alcool au cours du dernier mois reste supérieure de 6 points à la moyenne européenne (53% vs 47%).

Les alcoolisations ponctuelles importantes (API – boire au moins 5 verres en une même occasion) sont elles aussi en baisse : un tiers des jeunes de 16 ans (34 %) ont déclaré ce comportement au cours du mois contre 4 sur 10 (43 %) en 2007. Les jeunes Français sont dans la moyenne (34%).

Cannabis : la France reste un mauvais élève

La consommation de cannabis a progressé chez les jeunes Européens : 16% d’entre eux l’ont expérimenté, contre 11% en 1995. Les jeunes Français se situent au 6ème rang pour ce critère (23%), mais au deuxième pour la consommation au cours du mois (13% vs 15% pour l’Italie et 7,1% en moyenne).

La consommation d’autres produits illicites est plus rare (en moyenne 6,1% des élèves en ont expérimenté un), les jeunes Français étant en dessous de cette moyenne (5,1%). L'ecstasy est le produit le plus cité, mais les jeunes Français privilégient la cocaïne.