Adénocarcinome rectal de stade II/III : quand utiliser de l’oxaliplatine ?

  • Margalit O & al.
  • Oncologist
  • 29 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement adjuvant par oxaliplatine pourrait ne pas être nécessaire chez les patients atteints d’un adénocarcinome rectal de stade II/III qui présentent une réponse pathologique complète ou une maladie de stade I pathologique après une radiochimiothérapie néoadjuvante (RCTNA).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations actuelles suggèrent l’utilisation d’oxaliplatine dans le cadre d’une chimiothérapie adjuvante pour un adénocarcinome rectal de stade II/III clinique, mais réduire son utilisation pourrait éviter la survenue d’une neuropathie induite par l’oxaliplatine chez certains patients.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été menée auprès de patients ayant fait l’objet d’une RCTNA aux États-Unis (n = 6 868).
  • Financement : Aucun ; les chercheurs ont des liens financiers avec des laboratoires pharmaceutiques.

Principaux résultats

  • 2 200 sujets ont fait l’objet d’une monothérapie par 5-fluorouracile, et 4 668 ont fait l’objet d’un traitement par 5-fluorouracile et oxaliplatine (doublet).
  • La durée de suivi médiane était de 41,8 mois.
  • Seuls les patients de stade III clinique ont obtenu un bénéfice associé au doublet de chimiothérapie (RR : 0,83 ; P = 0,02).
  • Les patients de stade III pathologique ont obtenu un bénéfice associé au doublet de chimiothérapie (RR : 0,78 ; P = 0,002), mais les patients de stade II pathologique n’ont présenté qu’une tendance vers un bénéfice (RR : 0,82 ; IC à 95 % : 0,66–1,02).
  • Traitement adjuvant par doublet contre monothérapie, selon la réponse à la RCTNA :
    • de stade III clinique à stade III pathologique : RR de 0,69 (P 
    • de stade II clinique à stade III pathologique : RR de 1,04 (P = 0,78) ;
    • de stade II clinique à stade II pathologique : RR de 0,78 (P = 0,08) ;
    • stade pathologique 0 à I : aucun bénéfice associé au doublet, quel que soit le stade clinique.

Limites

  • Analyse rétrospective.