Adénocarcinome rectal avec métastases synchrones non résécables : efficacité d’un traitement d’induction par FOLFIRINOX.

  • Eur J Cancer

  • Par Laurence Rous
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Le traitement d’induction par FOLFIRINOX est efficace sur la tumeur primaire et les symptômes qu'elle engendre et sur les métastases qui impactent le devenir des patients.
  • La stratégie thérapeutique pourra ensuite être adaptée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement optimal lors d’adénocarcinome rectal avec métastases synchrones n’est pas connu.

Conception de l’étude

  • Etude multicentrique non-randomisée de phase II conduite chez 65 patients adultes jamais traités inclus entre juillet 2012 et février 2015.
  • Traitement d’induction : FOLFIRINOX (8 cycles prévus).
  • Critère principal : contrôle de la maladie à 4 mois (survie sans progression de la tumeur primaire et des métastases).
  • Revue centralisée des données.
  • Clinicaltrials.gov : NCT01674309.

Principaux r ésultats

Patients inclus (âge médian, 61 ans ; hommes, 78% ; indice de performance 0/1, 98% ; métastases hépatiques, 92%) :

  • 85% ont reçu les 8 cycles de traitement.
  • 72% rapportaient des symptômes locaux à l’inclusion versus 10% après traitement.
  • 86% avaient une réponse partielle (RECIST) et 63% une réduction >70% de la tumeur primaire.
  • 68% ont rapporté au moins un évènement indésirable de grade 3 et plus.
  • 92%, 42%, 49%, et 34% ont respectivement eu une chimiothérapie, une radiothérapie, une résection rectale, et un traitement local des métastases après le traitement.
  • La durée de suivi médiane était de 35 [IC 95% : 31,3-41,7] mois, les survies sans progression et globale (courbes Kaplan Meier) médianes étaient respectivement de 10,9 [8,8-12,9] mois et de 33,4 [22,6-38,2] mois.

Population d’analyse du critère principal (N=64) :

  • Le taux de contrôle de la maladie était de 94% [86,3%-97,8%].

Limite

  • De nouveaux traitements d’induction sont aujourd’hui envisageables.