Adénocarcinome pulmonaire : les facteurs de risque de récidive ont été identifiés

  • Tsutani Y & al.
  • Ann Thorac Surg
  • 20 juil. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une taille du composant invasif supérieure à 2 cm, une invasion de la plèvre viscérale (IPV) ou une invasion vasculaire étaient associées à un risque significativement plus élevé de récidive et de réduction de la SG chez les patients atteints d’un adénocarcinome pulmonaire de stade I.

Pourquoi est-ce important ?

  • Identifier les patients qui présentent un risque élevé de récidive pourrait permettre de déterminer si une chimiothérapie adjuvante doit être incluse dans le schéma thérapeutique.

Protocole de l’étude

  • 536 patients atteints d’un adénocarcinome pulmonaire de stade pathologique I ont été inclus.
  • La durée de suivi médiane était de 10,2 ans.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, le taux de récidive était de 9,0 %, et le taux de survie sans récidive (SSR) et de SG à 10 ans était de 83,9 % et 86,8 %, respectivement.
  • L’analyse multivariée a révélé que la SSR était associée à un âge supérieur à 65 ans (rapport de risque corrigé [RRc] : 2,60 ; IC à 95 % : 1,66–4,07), à une taille du composant invasif supérieure à 2 cm (RRc : 2,70 ; IC à 95 % : 1,40–5,23), à une IPV (RRc : 2,17 ; IC à 95 % : 1,23–3,81) et à une invasion vasculaire (RRc : 2,59 ; IC à 95 % : 1,47–4,55).
  • Après l’exclusion de l’âge comme facteur, la SSR à 10 ans était significativement moins bonne chez les patients à risque élevé (taille du composant invasif supérieure à 2 cm, IPV ou invasion vasculaire), comparativement aux patients à faible risque (taille du composant invasive inférieure ou égale à 2 cm, absence d’IPV et d’invasion vasculaire ; 67,5 % contre 89,5 % ; RR : 3,61 ; IC à 95 % : 2,35–5,55).
  • La SG était significativement meilleure dans le groupe à faible risque (90,7 % contre 76,2 % ; RR : 2,87 ; IC à 95 % : 1,78–4,64).

Limites

  • Étude rétrospective.