ADA : Le diabète de type 1 mal contrôlé modifie le développement cérébral

  • Dr Roseline Péluchon

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'importance de l'impact du diabète de type 1 d'apparition précoce sur le développement cérébral de l'enfant est encore controversée. Pour en savoir plus, une équipe états-unienne a recruté 137 enfants atteints d'un diabète de type 1. La moyenne d'âge des enfants était de 7 ans, l'hémoglobine glyquée moyenne de 8 % et les enfants étaient diabétiques depuis 2,4 ans à leur entrée dans l'étude.

Des IRM structurelles ont été réalisées chez ces enfants à 3 moments: au début de l'étude, à 18 mois et 2,9 ans après. Les résultats étaient comparés à ceux d'IRM réalisées sur 66 enfants du même âge, non diabétiques, constituant le groupe témoin. La mesure des différences de matière blanche et de matière grise dans plusieurs régions du cerveau était réalisée par morphométrie Voxel-based.

Les données obtenues ne manquent pas d'intérêt. Il apparaît en effet que les enfants atteints de diabète de type 1 ont une croissance plus lente de la matière grise et de la matière blanche corticales et sous-corticales, à tous les points de contrôles. Le retard relatif de développement des zones de matière grise des régions frontale, temporale, sous-corticale et du cortex occipital est plus important que celui des zones de substance blanche (temporale, pariétale et occipitale). La région occipitale et cérébelleuse et celle des ganglions de la base semblent les plus vulnérables aux effets du diabète. Il apparaît aussi, selon les auteurs, que les zones de développement plus lent sont retrouvées chez les enfants dont le diabète est le moins bien contrôlé, au vu du taux moyen d'hémoglobine glyquée.

Les conséquences à long terme de ces altérations précoces du développement cérébral sont encore toutefois inconnues et justifieront à n'en pas douter une poursuite au long cours de cette étude.