ADA 2020 — Dysfonctionnement diastolique chez les jeunes patients diabétiques


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Près de la moitié des adolescents et des jeunes adultes atteints de diabète de type 1 (DT1) ou de diabète de type 2 (DT2) présentent un dysfonctionnement diastolique, qui précède une insuffisance cardiaque. 
  • La surveillance des jeunes patients diabétiques dans un but de détection d’éventuelles complications cardiaques est justifiée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les adolescents et les jeunes adultes diabétiques présentent un risque accru d’insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection préservée consécutive à une cardiomyopathie diabétique.

Protocole de l’étude

  • Les patients atteints de DT1 (n = 258) et de DT2 (n = 221) inclus dans l’étude SEARCH de recherche sur le diabète chez les jeunes ont subi une échocardiographie Doppler tissulaire afin d’évaluer leur fonction diastolique.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La prévalence du dysfonctionnement diastolique était de 57,7 % chez les patients atteints de DT2 et de 47,2 % chez ceux atteints de DT1.
  • Comparativement aux patients atteints de DT1, ceux atteints de DT2 ont été associés à un volume de remplissage ventriculaire gauche (VG) et une vélocité transmitrale inférieurs et à une pression VG plus élevée (P 
  • Un âge plus avancé, le sexe féminin, une origine ethnique autre que blanche, le DT2, une fréquence cardiaque supérieure, un indice de masse corporelle plus élevé, une pression artérielle systolique plus élevée et un taux d’hémoglobine glyquée plus élevé ont été associés de manière significative à la présence d’un dysfonctionnement diastolique.

Limites

  • L’effet de la modification des facteurs de risque n’est pas connu.

Commentaire d’expert

Robert A. Gabbay, docteur en médecine et directeur scientifique et médical de l’Association américaine du diabète, a déclaré : « La prévalence du dysfonctionnement diastolique dans cette tranche d’âge est très inquiétante. Il est important de découvrir s’il est possible de l’améliorer en inversant les facteurs de risque. »