ADA 2019—Lien entre un IMC plus faible et un risque accru de démence après un diagnostic de DT2


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Un IMC plus faible s’accompagne d’un risque accru de démence toutes causes confondues et de démence d’Alzheimer (DA) chez les patients qui viennent de recevoir un diagnostic de diabète de type 2 (DT2).
  • Une variation du poids est également liée à une augmentation du risque de démence toutes causes confondues après un nouveau diagnostic de diabète.

Pourquoi est-ce important 

  • Des lacunes persistent en ce qui concerne l’association entre les nouveaux diagnostics de diabète, la démence et l’IMC.

Principaux résultats

  • Dans le cadre d’un suivi moyen de 3,5 ans, 2 563 événements ont été détectés (1 846 cas de DA ; 381 cas de démence vasculaire).
  • Comparativement à un IMC de 18,5-23, le risque de démence toutes causes confondues (tous les RR = ; IC à 95 %) diminue avec l’IMC :
    • 23-25 : 0,80 (0,69-0,91) ;
    • 25-30 : 0,77 (0,68-0,88) ; et
    • ≥ 30 : 0,79 (0,63-0,99).
  • Le risque de démence toutes causes confondues augmente avec la baisse de l’IMC : Tendance de p 
  • Le risque de DA était :
    • Plus élevé en cas d’IMC traduisant une insuffisance pondérale : 1,59 (1,04-2,43).
    • Plus faible dans le cas d’un IMC :
      • 23-25 : 0,79 (0,67-0,93) ; et
      • 25-30 : 0,76 (0,65-0,88) ; tendance de p 
  • IMC de référence, démence vasculaire non associée.
  • Comparativement à une prise ou une perte de poids
    • 1,34 (1,11-1,63) et 1,38 (1,08-1,76), respectivement.
  • Le risque de DA était également accru dans le cas d’une perte de poids ≥10 % dans les 2 ans : 1,26 (1,01-1,59).

Protocole de l’étude 

  • Données de cohorte de dépistage du service national d’assurance maladie de Corée du Sud pour 167 876 personnes âgées de ≥ 40 ans ayant reçu un diagnostic de DT2 de novo, pour la période 2007-2012.

Limites 

  • Sévérité de la démence inconnue.
  • Le lien de causalité inverse n’a pas été écarté.