ADA 2019—Le téplizumab retarde la progression vers le DT1 clinique chez les parents à risque élevé


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Le téplizumab retarde la progression vers le diabète de type 1 (DT1) chez les parents à risque élevé de personnes atteintes de cette affection.

Pourquoi est-ce important 

  • Les auteurs de l’étude ont déclaré dans un communiqué qu’il s’agit des premiers résultats à démontrer une capacité à retarder la progression vers le DT1, offrant ainsi de l’espoir aux membres de famille à risque.

Principaux résultats

  • Au cours des 7 années d’étude, 72 % (23/32) des membres du groupe placebo ont reçu un diagnostic de DT1 contre 43 % (19/44) des membres du groupe d’intervention.
  • Le taux annualisé de diabète a diminué de 14,9 % avec le traitement contre 35,9 % avec le placebo.
  • Le diagnostic était fondé sur les résultats du test d’hyperglycémie provoquée par voie orale.
  • Le délai médian jusqu’au diagnostic était de 48,4 mois avec le traitement contre 24,4 mois avec le placebo (RR : 0,41 ; IC à 95 % : 0,22–0,78 ; P bilatéral = 0,006).
  • Le RR a persisté après corrections.
  • Les effets indésirables à court terme ont été des éruptions cutanées et une baisse de la numération des globules blancs.
  • Détection de l’ADN du virus d’Epstein-Barr chez 8 participants dans le groupe de traitement ; la valeur passant en fin de compte sous le seuil de détection pour tous les participants.
  • Certains types de HLA étaient liés à des réponses différentielles au médicament à l’étude.

Protocole de l’étude 

  • Essai de phase II, randomisé, contrôlé, mené en double aveugle auprès de 76 personnes ayant un parent qui était atteint de DT1 et qui étaient elles-mêmes à risque élevé.
  • Financement : NIH, autres.

Limites 

  • Cohorte relativement petite ; il est incertain qu’une application aux personnes sans parents atteints de DT1 soit possible.