ADA 2019—La perte de fonction des cellules bêta n’est pas toujours définitive


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Les cellules bêta qui perdent leur fonction ne restent pas systématiquement endommagées de manière définitive dans le cas du diabète de type 2 (DT2).
  • Dans l’essai DiRECT, les participants ont suivi un programme de perte de poids visant à produire des rendements comparables à ceux de la chirurgie bariatrique, et plus du tiers d’entre eux ont obtenu une rémission du DT2 après 2 ans.

Pourquoi est-ce important 

  • Les auteurs ont affirmé dans une déclaration que les résultats indiquent la possibilité d’utiliser des outils de soins en médecine générale pour obtenir une rémission du DT2.
  • Les résultats diffèrent de ceux de l’étude sur les médicaments chez l’adulte RISE (Rétablir la production d’insuline), qui n’a montré aucune amélioration persistante de la fonction des cellules bêta après la suppression du traitement.

Principaux résultats

  • 40 personnes ont obtenu une rémission ; 20 l’ont maintenue à 2 ans, 13 ont pris du poids et ont fait une rechute, et 7 ont été perdues de vue au suivi.
  • La production d’insuline dans le groupe a pratiquement doublé au cours de la période de 2 ans, passant de 0,58 nmol/minute/m2 (IC à 95 % : 0,48–0,81) à 0,94 nmol/minute/m2 (IC à 95 % : 0,64–1,44).
  • Ceux qui ont obtenu une rémission n’ont toutefois pas atteint des valeurs normales pour le taux d’HbA1c et la glycémie à jeun.
  • De meilleurs résultats ont été observés avec une perte de poids plus importante.

Protocole de l’étude 

  • L’intervention comprenait un programme de gestion du poids avec sevrage des antihypertenseurs et des antihyperglycémiants, le remplacement du régime alimentaire par un régime à 825-853 kcal/jour pendant 3 à 5 mois, et une introduction des aliments soigneusement structurée ainsi qu’un soutien au maintien de la perte de poids.

Limites 

  • Les résultats, portant sur une petite population à l’étude, ont été présentés lors d’une conférence ; sans examen par des pairs.