ADA 2019—Dans le cadre du DT2, la canagliflozine permet de réduire les risques de maladies cardiovasculaires et d’insuffisance rénale


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints à la fois de diabète de type 2 (DT2) et d’une maladie rénale obtiennent de meilleurs résultats, tant sur les plans rénal que cardiovasculaire, avec un traitement par canagliflozine qu’avec le placebo.
  • L’inhibiteur du cotransporteur du sodium-glucose de type 2 confère un effet protecteur contre la progression de la maladie rénale, selon les résultats de l’étude CREDENCE .

Pourquoi est-ce important ?

  • Certaines données provenant d’essais cardiovasculaires suggèrent que ces médicaments auraient un effet protecteur sur la fonction rénale.
  • Éditorial : On ne saurait trop insister sur l’importance de cet « essai clinique bien mené et à grande échelle ».

Principaux résultats

  • L’essai a été interrompu prématurément à la lecture des résultats intermédiaires.
  • La durée médiane de suivi au moment de l’arrêt était de 2,62 ans.
  • Critère d’évaluation principal des événements rénaux/cardiovasculaires regroupés avec la canagliflozine, par rapport au placebo :
    • 43,2 et 61,2 événements pour 1 000 patients-années ;
    • RR : 0,70 (IC à 95 % : 0,59–0,82 ; P = 0,00001).
  • Événements rénaux seuls (critère composite) avec la canagliflozine, par rapport au placebo :
    • RR : 0,66 (IC à 95 % : 0,53–0,81 ; P 
  • Événements cardiovasculaires seuls, avec la canagliflozine, par rapport au placebo :
    • RR : 0,80 (IC à 95 % : 0,67–0,95 ; P = 0,01) pour le décès d’origine cardiovasculaire/l’infarctus du myocarde/l’accident vasculaire cérébral ;
    • RR : 0,61 (IC à 95 % : 0,47–0,80 ; P 

Protocole de l’étude

  • Essai randomisé en double aveugle portant sur l’administration de 100 mg/jour de canagliflozine ou d’un placebo à des patients atteints de DT2 et d’une insuffisance rénale chronique (4 401 inclus au moment de l’arrêt).
  • Critère d’évaluation principal : critère composite regroupant la maladie rénale de stade terminal/le doublement de la créatinine sérique/le décès d’origine rénale ou cardiovasculaire.
  • Financement : Janssen Research and Development.

Limites

  • Les résultats à plus long terme ne sont pas connus.