Actualisation des recommandations françaises de prise en charge de la PR : les principes généraux

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Suite à la publication de nouvelles données et à la commercialisation de nouveaux traitements depuis 2014, les recommandations françaises pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde viennent d’être actualisées. Elles s’appuient sur les recommandations de l’European League Against Rheumatisms (EULAR)1-3 publiées en 2016 et sont complétées par une revue systématique de la littérature afin de recueillir les données publiées depuis.

Ces nouvelles recommandations mettent en exergue 4 principes généraux et 15 recommandations. La place centrale du rhumatologue dans la prise en charge de la PR est réaffirmée par des principes généraux ainsi que la nécessité d’une alliance thérapeutique entre le patient et son rhumatologue, l’importance d'un diagnostic et d'une prise en charge précoces, le besoin d’une prise en charge globale (traitements médicamenteux, rééducation et éducation thérapeutique) et la prise en compte du coût individuel et sociétal.

Parmi les nouveautés, les traitements anti-JAK ont été positionnés au même rang que les biomédicaments. En cas d’échec thérapeutique, la notion de choix préférentiel sur la base de différents modes d’action est abordée. Enfin, l’hygiène de vie et la gestion des comorbidités prennent plus de place dans la prise en charge globale du patient.

Quels sont les quatre principes généraux ?

Les nouvelles recommandations françaises pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde mettent en avant les quatre principes généraux suivants :

  • La prise en charge des patients atteints de PR nécessite une concertation entre le rhumatologue et le patient, dans le cadre d’une décision médicale partagée reposant sur l’information et l’éducation du patient.
  • Le rhumatologue est le spécialiste qui doit prendre en charge les patients atteints de PR. Le médecin généraliste joue un rôle important pour la détection de la maladie et, en coordination avec le rhumatologue, pour le suivi du patient.
  • Tout patient atteint de PR devrait bénéficier d’une prise en charge globale incluant les traitements médicamenteux, des mesures d’éducation thérapeutique et, selon les cas, une prise en charge des comorbidités, un soutien psychologique, un accompagnement socio-professionnel, une rééducation fonctionnelle ou le recours à la chirurgie.
  • Le coût de la PR, de ses conséquences et de ses traitements, à l’échelon individuel et sociétal, devrait être pris en considération dans les orientations thérapeutiques.

La HASrecommande d’ailleurs d’élaborer une démarche d’éducation thérapeutique en 4 étapes : élaborer un diagnostic éducatif, définir un programme personnalisé d’éducation thérapeutique (avec objectifs et priorisation), mise en œuvre des séances d’éducation thérapeutique (individuelles ou collectives) et évaluation des compétences acquises. Les difficultés locales d’accès à un programme spécifique sont cependant à considérer.

Le texte dresse également 15 recommandations concernant le diagnostic, le délai de la prise en charge, la fenêtre d’opportunité thérapeutique, le pronostic, les stratégies thérapeutiques la gestion de la rémission ainsi que la prise en charge globale et les comorbidités.