Actualisation des recommandations américaines de diagnostic et prise en charge de la NAFLD

  • Paul S & al.
  • JAMA
  • 26 nov. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

L’American Association for the Study of Liver Diseases (AASLD) vient de publier une actualisation de ses recommandations de 2012 sur le diagnostic et la prise en charge de la stéatopathie métabolique (NAFLD–Non Alcoholic Fatty Liver Disease). Cette pathologie affecterait 25% de la population adulte au niveau mondial, et serait fortement associée au syndrome métabolique, donc en lien avec les dyslipidémies, l’obésité ou le diabète de type 2. Ces recommandations de prise en charge de la NAFLD sont similaires à celles émises pour le Royaume-Uni par le National Institute for Health and Care Excellence (NICE). Ces deux instances mettent en exergue la prévalence importante du syndrome métabolique et du diabète de type 2 chez les sujets souffrant de NAFLD et notent la contribution de la NAFLD à la mortalité cardiovasculaire. Les recommandations pour la pratique clinique Européennes parues en 2016 suggèrent le dépistage (par tests hépatiques et/ou échographie) chez tout individu de plus de 50 ans diabétique de type 2 ou porteur d’un syndrome métabolique. Les recommandations américaines mettent en évidence le peu de preuve à long terme sur le bénéfice et le rapport coût/efficacité de ce dépistage. 

Actualisation des recommandations américaines, que retenir ?

  • Les patients ayant une stéatose hépatique fortuitement détectée à l’imagerie sans signe ou symptôme hépatique et dont les paramètres biochimiques hépatiques sont normaux doivent faire l’objet d’une évaluation des facteurs de risque métaboliques suivants : obésité, diabète, dyslipidémie. La recherche des autres causes possibles de stéatose hépatique (y compris la consommation alcoolique >14 verres/semaine pour les femme et >21 verres/semaine pour les hommes et certains traitements) doit également être effectuée.
  • Le dépistage systématique de la stéatopathie métabolique chez les sujets à haut risque n’est pas recommandé en raison des incertitudes entourant les tests diagnostiques et les options thérapeutiques, ainsi que de l’incertitude sur le rapport coût/efficacité du dépistage sur le long terme. 
  • Le test Fibrose 4 (FIB-4 : âge, aspartate amino-transférase – AST–, alanine amino-transférase – ALT–, plaquettes) et le score NFS (NAFLD – Fibroses Score : IMC et albumine) sont des marqueurs de fibrose utilisés en pratique clinique. 
  • L’élastographie impulsionnelle à Vibration Contrôlée (VCTE –Vibration Controlled Transient Elastography) ou l’élastographie par IRM permettent de suivre de manière non invasive des fibroses avancées.
  • Le changement des habitudes de vie constitue le socle de la prise en charge. La perte de poids réduit généralement la stéatose hépatique, que ce soit par diète hypocalorique seule ou associée à l’augmentation de l’activité physique. 
  • Les traitements pharmacologiques doivent être limités aux sujets présentant une NASH et une fibrose avancée (avec confirmation par biopsie). 
  • Les statines peuvent être utilisées pour traiter les dyslipidémies chez les sujets souffrant de NAFLD, de NASH et de cirrhose compensée.