Activité physique : les Occidentaux de plus en plus à la traîne…

  • Guthold R & al.
  • Lancet Glob Health

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’article
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude de très large envergure montre qu’au niveau mondial, plus d’un quart des adultes seraient physiquement inactifs selon la définition de l’OMS (<150 min/semaine d’activité physique d’intensité modérée ou <75 min/semaines d’activité physique intense ou un mixte des deux). Même si la tendance est stable au niveau global entre 2001 et 2016, celle-ci cache de fortes disparités régionales. En effet, de plus en plus d’individus seraient physiquement inactifs dans les pays occidentaux, et les femmes seraient globalement moins actives que les hommes. Si cela persiste, il sera impossible d’atteindre l’objectif de réduire de 10% le manque d'activité physique en 2025. Les auteurs de l’article invitent à augmenter le niveau de priorité des mesures visant la promotion de l’activité physique pays par pays.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Une première enquête internationale avait été menée sur le sujet en 2008 par l’OMS sur la base de 122 pays, puis réactualisée en 2010 sur 146 pays. Les données présentées ici sont basées sur un recueil mené dans 96% (168) des pays du monde. La comparaison des prévalences entre 2010 et 2016, ainsi que l’évolution globale et par zones géographiques constituent des données importantes pour les politiques de santé publique. La prévalence globale mise en évidence ici montre que plus de 1,4 milliards d’adultes à travers le monde sont à risque de développer ou de voir s’aggraver une maladie en lien avec le manque d’activité physique.

Méthodologie

Les données d’études populationnelles sur la prévalence de l’insuffisance de l’activité physique ont été combinées pour ces analyses. Etaient considérées l’activité physique au travail, à la maison et durant le temps libre.

Principaux résultats

Au total, 358 études menées dans 168 pays et ayant inclus 1,9 millions de participants ont été considérées pour les analyses. Globalement, 27,5% des adultes du monde entier ne pratiqueraient pas une activité physique suffisante (23,4% chez les hommes et 31,7% chez les femmes). Aucun changement significatif de ces valeurs globales n’a été noté entre 2001 et 2016 (28,5% en 2001). 

Les disparités géographiques sont fortes. En effet, alors que 43,7% des habitants d’Amérique du Sud et des Caraïbes, ainsi que 43% des habitants d’Asie du Sud et 43,3% des habitants des pays occidentaux ne seraient pas suffisamment physiquement actifs, ils ne seraient que 12,3% en Océanie, 17,6% en Asie du Sud-Est et 17,9% en Afrique sub-saharienne. 

Les femmes seraient globalement moins actives que les hommes. Une tendance qui se serait accentuée au cours du temps (différence de prévalence de 6 points de pourcentages entre les hommes (25,5%) et les femmes (31,5%) en 2001 versus plus de 8 points en 2016 avec 23,4% et 31,7%).

En 2016, la prévalence des sujets ne pratiquant pas suffisamment d’activité physique était presque deux fois plus élevée dans les pays à hauts revenus par rapport aux pays à faibles revenus (respectivement 26,8% vs 16,2%), et avait eu tendance à augmenter entre 2001 et 2016 dans les pays à hauts revenus (valeur en 2001 : 31,6%).

En France, en 2016, entre 20,0 et 29,9% des hommes et entre 30,0 et 39,9% des femmes ne pratiquaient pas suffisamment d’activité physique.

Principales limitations

 La qualité des données recueillies peut ne pas être homogène d’un pays à l’autre.