ACPm : les nouvelles alternatives chimiothérapeutiques permettent d’obtenir des avantages modérés en termes de SG

  • Zhang KJ & al.
  • Am J Clin Oncol
  • 31 déc. 2019

  • de Jim Kling
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les nouveaux schémas chimiothérapeutiques FOLFIRINOX (5-FU, leucovorine, irinotécan et oxaliplatine) et gemcitabine/nab-paclitaxel ont permis d’obtenir une amélioration modérée de la SG médiane chez les patients atteints d’un adénocarcinome pancréatique métastatique (ACPm).
  • Ces traitements combinés n’étaient associés à aucune amélioration chez les patients afro-américains.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les schémas FOLFIRINOX et gemcitabine/nab-paclitaxel sont plus coûteux que la gemcitabine seule et sont associés à une toxicité plus importante.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de 159 patients (74 % d’origine ethnique blanche ; 24 % d’origine ethnique afro-américaine) dans un seul centre de cancérologie générale, à 2 périodes différentes (n = 60 pour 2006–2010 ; n = 99 pour 2011–2015).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Au cours de la période 2011–2015, les patients présentaient un risque plus faible de décès (RR : 0,61 ; P = 0,003), tout comme les patients qui recevaient FOLFIRINOX, quelle que soit la période (RR : 0,61 ; P = 0,02).
  • Période 2011–2015 :
    • SG médiane plus longue (9,95 mois contre 8,98 mois).
    • Les patients recevant FOLFIRINOX ont obtenu une SG médiane plus élevée (15,0 mois [IC à 95 % : 11,0–20,0], contre 9,0 mois [IC à 95 % : 7,0–10,0]).
    • Survie à 12 mois plus élevée (38,9 % contre 28,3 %).
  • Les patients afro-américains qui recevaient FOLFIRINOX présentaient un risque plus élevé de décès que les patients d’origine ethnique caucasienne (RR : 1,63 ; P = 0,02).
  • Au cours de la période 2011–2015, la survie des patients d’origine ethnique caucasienne a augmenté, passant d’une médiane de 8,97 mois à 9,99 mois, mais elle a baissé chez les patients afro-américains, passant de 8,97 mois à 7,98 mois.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.