Acétazolamide (Diamox® et Défiltran®) : désormais contre-indiqué pendant la grossesse


  • Fanny Le Brun
  • Univadis Actualités médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Défiltran® et Diamox® sont 2 spécialités contenant de l’acétazolamide :

  • Défiltran® 10 pour cent, crème, est un médicament utilisé pour le traitement local d’appoint des œdèmes post traumatiques ou post opératoires,
  • Diamox® 250 mg, comprimé sécable et Diamox® 500 mg, poudre et solvant pour préparation injectable, sont des médicaments utilisés dans le traitement du glaucome, de certains troubles métaboliques (alcaloses), en particulier chez des patients ayant une insuffisance respiratoire ou encore le mal des montagnes.

Une revue des données disponibles sur le risque de l’acétazolamide en cas d’administration chez la femme enceinte a montré un risque d’effets malformatifs (tératogénicité) et de toxicité chez le fœtus (fœtotoxicité). C’est pourquoi, l’ANSM a décidé de modifier les contre-indications et les informations disponibles concernant la grossesse pour les médicaments contenant cette molécule. Désormais :

  • Défiltran® ne doit jamais être utilisé pendant la grossesse,
  • Diamox® ne doit jamais être utilisé au 1er trimestre. En revanche, aux 2ème et 3ème trimestres de grossesse, en raison de son indication de traitement d’urgence du glaucome, des conséquences graves pour la mère en absence de prise en charge (cécité et lésion irréversible de la rétine) et de l’absence d’alternative plus sûre dans certaines situations, son utilisation est réservée aux situations d’absolue nécessité et requiert la mise en œuvre d’une surveillance particulière.

Les femmes en âge de procréer doivent être informées du risque et utiliser une contraception efficace pendant le traitement.

En cas d’exposition pendant la grossesse, il conviendra de mettre en place un suivi spécifique de la grossesse et du bébé (échographie, surveillance du volume du liquide amniotique, de la croissance fœtale, etc.). En cas d’exposition en fin de grossesse, un bilan hydro-électrolytique chez le nouveau-né devra être réalisé.