ACEP 2018 — Ignorer les recommandations relatives aux ACO pour la prophylaxie de l’AVC avec FA : quels sont les dangers ?


  • Marilyn White, MPH
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prescription précoce d’anticoagulants oraux (ACO) pourrait ne pas avoir d’impact sur les résultats. Pourtant, un nombre inférieur d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques ont été observés en cas de respect des recommandations (niveau élevé d’exposition aux ACO).

Pourquoi est-ce important ?

  • Selon les recommandations de l’Association américaine du cœur (American Heart Association)/le Collège américain de médecine thoracique (American College of Chest Physicians)/la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology),
    les patients atteints de fibrillation auriculaire (FA) doivent recevoir des ACO en prophylaxie de l’AVC. Ces patients se voient pourtant rarement prescrire ce traitement.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective sur la FA : patients âgés d’au moins 65 ans ; comparaison entre les patients ayant reçu une prescription d’ACO dans les 10 jours suivant le diagnostic de FA de novo (ACO précoces) et les patients n’en ayant pas reçu dans ce délai (ACO tardifs).
  • Les patients ont bénéficié d’une exposition forte ou faible aux ACO et ont été suivis entre 330 et 640 jours.
  • Financement : NIH.

Principaux résultats

  • Sur un total de 9 147 patients recevant un diagnostic de FA de novo, 81,8 % ont bénéficié d’ACO tardifs.
  • Des patients atteints de FA (n = 3 983) définis comme présentant un risque élevé d’AVC et un risque faible/intermédiaire de saignement ont fait l’objet d’une analyse : 1 010 sous ACO précoces (25,4 %) et 2 973 sous ACO tardifs (74,6 %). 
  • L’étude comptait 2 968 femmes (74,5 %) : 701 (69,4 %) sous ACO précoces, 2 267 (76,3 %) sous ACO tardifs (P 
  • Nombre total de patients ruraux : 1 333 (33,5 %), dont 399 (39,5 %) sous ACO précoces et 934 (31,4 %) sous ACO tardifs (P 
  • Aucune différence n’a été observée en matière du taux d’événements d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques entre le groupe sous ACO précoces et le groupe sous ACO tardifs (P = 0,15). 
  • Les patients fortement exposés aux ACO présentaient moins d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques que les patients faiblement exposés aux ACO (P = 0,04).
  • Les tendances de la forte exposition aux ACO indiquent un risque plus faible d’accident vasculaire cérébral ischémique (RR : 0,27 ; IC à 95 % : 0,07–1,06 ; P = 0,06) et un risque plus élevé de saignement (RR : 2,49 ; IC à 95 % : 0,95–6,51 ; P = 0,06). 

Limites

  • Tous les patients de l’étude bénéficiaient du remboursement du paiement à l’acte et de la couverture Part D pour les médicaments délivrés sur ordonnance.