ACCP : un triple traitement combiné ciblant la déficience de la réparation de l’ADN se montre prometteur dans le cadre d’un essai de phase précoce

  • Jameson GS & al.
  • JAMA Oncol
  • 3 oct. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement combiné à base de cisplatine, nab-paclitaxel et gemcitabine a montré un bénéfice encourageant dans un essai clinique de phases Ib/II portant sur l’adénocarcinome canalaire pancréatique (ACCP) métastatique non préalablement traité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que le critère d’évaluation principal de la réponse complète n’ait pas été rempli, cette association a obtenu l’un des taux de réponse objective les plus élevés observés dans les études de phases Ib/II.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phases Ib/II a été mené en ouvert auprès de 24 patients atteints d’un ACCP métastatique non préalablement traité.
  • Les patients ont été fortement hydratés à l’aide de liquides par voie intraveineuse (IV).
  • Financement : Fondation Seena Magowitz (Seena Magowitz Foundation) ; Bats-toi contre le cancer (Stand Up to Cancer) ; Mattress Firm ; Fondation Lustgarten (Lustgarten Foundation) ; Fondation TGen (TGen Foundation) ; Fondation HonorHealth (HonorHealth Foundation).

Principaux résultats

  • Une étude précédente menée par des chercheurs a révélé que tous les cancers du pancréas qu’ils ont soumis à un séquençage génétique présentaient des anomalies des voies de réparation.
  • Dose tolérable maximale de cisplatine : 25 mg/m2.
  • Nombre médian de cycles terminés : 8 (intervalle : 1–15).
  • 8 % des patients ont présenté une réponse complète, ce qui était inférieur au critère d’évaluation principal de 25 %.
  • 62 % des patients ont présenté une réponse partielle, 17 % une maladie stable, et 12 % une progression de la maladie.
  • Survie globale (SG) médiane : 16,4 mois (IC à 95 % : 10,2–25,3).
    • Taux de survie à 1 an : 64 %.
    • Taux de survie à 2 ans : 40 %.
    • Taux de survie à 3 ans : 16 %.
    • Taux de survie à 4 ans : 8 %.
  • La survie sans progression (SSP) médiane était de 10,1 mois (IC à 95 % : 6,0–12,5).
  • Le taux de réponse objective était de 71 % ; le taux de contrôle de la maladie était de 88 %.

Limites

  • Étude non randomisée, échantillon de petite taille.