ACCP précoce : un traitement néoadjuvant réduit les cas inattendus de revue à la hausse du stade

  • HPB (Oxford)

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement néoadjuvant (TNA) est associé à une réduction des cas inattendus de restadification, à une réduction de la positivité ganglionnaire et à une amélioration de la survie chez les patients atteints d’un adénocarcinome canalaire pancréatique (ACCP) de stade précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un TNA s’est avéré efficace chez les patients atteints d’une maladie précoce potentiellement résécable, mais le taux de mise en œuvre demeure faible.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée auprès de 13 871 patients atteints d’un ACCP de stade clinique I–II, issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 15,3 % des patients ont fait l’objet d’un TNA ; 84,7 % des patients n’en ont pas fait l’objet.
  • La fréquence du TNA dans cette population a augmenté, passant de 11 % en 2006 à 21 % en 2013.
  • Les patients ayant reçu un TNA étaient plus jeunes (moyenne : 64 contre 67 ans ; P 
  • Comparaison entre le TNA et la chirurgie en première intention :
    • résection R0 : 88,7 % contre 83,2 % (P 
    • N0 : 53,8 % contre 30,9 % (P 
    • revue à la baisse du stade pathologique : 40,1 % contre 18,3 % (P 
    • revue à la hausse du stade, de I à IIa+ : 46,7 % contre 65,5 % ;
    • revue à la hausse du stade, de II à III+ : 14,0 % contre 33,0 %.
  • Le TNA a été associé à une meilleure SG (RR : 0,77 ; IC à 95 % : 0,73–0,82), avec une taille d’effet significative (RR : 1,13 ; IC à 95 % : 1,07–1,20 ; groupe de référence = TNA).

Limites

  • Analyse rétrospective.