ACC 2019—Un traitement par AOD à domicile s’avère efficace pour l’EP à faible risque


  • Caleb Rans, PharmD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La sortie précoce de l’hôpital et l’administration d’un traitement en dehors de l’hôpital pour une embolie pulmonaire (EP) à faible risque par rivaroxaban, un anticoagulant oral direct (AOD), se sont avérées sûres et efficaces.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette stratégie pourrait aider à réduire les complications hospitalières et diminuer les coûts des soins de santé.

Protocole de l’étude

  • Essai de prise en charge de phase IV, prospectif, international, multicentrique et à bras unique sur le traitement à domicile de l’embolie pulmonaire mené auprès de 525 patients atteints d’une EP aiguë à faible risque.
  • Tous les participants ont reçu leur première dose de rivaroxaban à l’hôpital et sont sortis de l’hôpital sous 48 heures.
  • Le critère d’évaluation principal de l’efficacité était la survenue d’une thromboembolie veineuse (TEV) symptomatique récurrente ou le décès dû à une EP récurrente dans les trois mois suivant l’inclusion.
  • Le critère d’évaluation principal de la sécurité d’emploi était la survenue de saignements majeurs.
  • Financement : Bayer.

Principaux résultats

  • Une TEV symptomatique récurrente ou une EP mortelle s’est produite chez 0,6 % des patients (limite supérieure de l’IC unilatéral : 2,1 %) après 3 mois de suivi.
  • Des saignements majeurs se sont produits chez 1,2 % des patients (IC à 95 % : 0,4–2,5 %) après 3 mois de suivi.

Limites

  • Critères d’exclusion larges.

 Commentaires des experts

  • « Les résultats [de notre essai] plaident en faveur de la sélection des patients atteints d’une EP appropriés pour le traitement ambulatoire par un anticoagulant oral direct, afin d’aider à réduire les complications hospitalières et à rationaliser l’utilisation des ressources pour les soins de santé », a déclaré Dr Stavros Konstantinides, professeur en essais cliniques au Centre de thrombose et d’hémostase en Allemagne. Il n’a pas participé à l’essai.