ACC 2019—Un antidote au ticagrélor s’avère rapide et efficace dans un essai de phase I


  • Caleb Rans, PharmD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le PB2452, un agent de réversion du ticagrélor, a montré une réversion rapide et prolongée de l’activité antiplaquettaire dans un groupe de volontaires en bonne santé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les effets du ticagrélor ne sont pas réversibles par la transfusion de plaquettes.

Protocole de l’étude

  • Étude de phase I, randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo menée auprès de 64 volontaires en bonne santé ayant reçu le PB2452 par voie intraveineuse (IV).
  • Dix groupes ayant reçu une dose différente ont été examinés.
  • La fonction plaquettaire a été évaluée à l’aide de divers tests avant et après 48 heures de traitement par ticagrélor.
  • Financement : PhaseBio Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • Le PB2452 s’est avéré restaurer l’activité plaquettaire de façon significative, par rapport au placebo, lorsqu’il était administré sous la forme d’un bolus IV de 10 minutes, suivi d’une perfusion continue de 16 heures.
  • La restauration de l’activité plaquettaire est survenue dans les 5 minutes de l’administration du PB2452 et a duré plus de 20 heures (P 
  • Aucun signe d’un phénomène de rebond de l’activité plaquettaire n’a été constaté après l’arrêt de la perfusion.

Limites

  • L’étude a été réalisée chez des volontaires en bonne santé.
  • L’étude n’a pas examiné les effets du PB2452 sur les événements cliniques de saignement.

 Commentaires des experts

  • « Sa capacité à neutraliser rapidement les effets antiplaquettaires du ticagrélor pourrait le distinguer des autres antiplaquettaires. Le PB2452 pourrait représenter un moyen utile de traiter ou de prévenir les complications liées aux saignements dues au ticagrélor », a déclaré Dr Deepak Bhatt, MPH, professeur de médecine à l’École de médecine de Harvard (Harvard Medical School) à Boston. Il n’a pas participé à l’essai.