ACC 2019—L’association sacubitril/valsartan montre des bénéfices, par rapport à l’énalapril, dans le cadre de l’IC aiguë


  • Caleb Rans, PharmD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’une étude d’extension montrent que l’instauration d’un traitement par sacubitril/valsartan, plutôt que par énalapril, pendant un séjour à l’hôpital améliore les résultats cliniques des patients stabilisés atteints d’une insuffisance cardiaque aiguë décompensée avec réduction de la fraction d’éjection (ICrFE).

Pourquoi est-ce important ?

  • La nouvelle stratégie a le potentiel d’améliorer les résultats après la sortie d’hôpital.

Protocole de l’étude

  • Une étude d’extension en ouvert de 4 semaines de l’essai PIONEER-HF a été réalisée. Elle a évalué l’association sacubitril/valsartan, par rapport à l’énalapril, à 8 semaines après la sortie d’hôpital de 881 patients atteints d’une ICrFE et ayant été récemment hospitalisés pour une IC aiguë décompensée.
  • Tous les participants ont reçu l’association sacubitril/valsartan.
  • Les critères d’évaluation principaux étaient la variation des concentrations de propeptide N-terminal du peptide natriurétique de type B (N-terminal pro-B-type natriuretic peptide, NT-proBNP) et un critère composite (décès, hospitalisation pour IC ou implantation d’un dispositif d’assistance ventriculaire gauche) à 12 semaines après la sortie de l’hôpital.
  • Financement : Novartis.

Principaux résultats

  • L’abandon de l’énalapril en faveur de l’association sacubitril/valsartan à 8 semaines a entraîné une réduction supplémentaire de 35,8 % des concentrations de NT-proBNP à 12 semaines après la sortie de l’hôpital (P 
  • L’instauration de l’association sacubitril/valsartan pendant le séjour à l’hôpital a permis de réduire le risque de présenter le critère composite pendant 12 semaines, par rapport à l’instauration de l’énalapril à l’hôpital et à l’abandon de celui-ci en faveur de l’association sacubitril/valsartan à 8 semaines (RR : 0,67 ; P = 0,02).

    Limites

    • Courte durée de suivi.

    Commentaires des experts

    • « Nous pensons que ces données ont des implications cliniques importantes. Alors que l’association sacubitril-valsartan diminue les concentrations de NT-proBNP, par rapport à l’énalapril, indépendamment du moment où elle est instaurée, l’amélioration précoce des résultats après la sortie de l’hôpital confirme l’intérêt de l’instauration pendant le séjour à l’hôpital de l’association sacubitril-valsartan, chez les patients stabilisés atteints d’une insuffisance cardiaque aiguë décompensée », déclare Adam DeVore, MD, docteur en soins médicaux et professeur adjoint de médecine à l’Institut de recherche clinique de Duke (Duke Clinical Research Institute), à Durham, aux États-Unis. Il n’a pas participé à l’essai.