ACC 2019—L’ACC et l’AHA actualisent leurs recommandations sur la prévention primaire de la MCV


  • Caleb Rans, PharmD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Collège américain de cardiologie (American College of Cardiology, ACC) et l’Association américaine du cœur (American Heart Association, AHA) ont publié des recommandations actualisées pour la prévention primaire de la maladie cardiovasculaire (MCV).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit d’une mise à jour des recommandations de 2013 portant sur le mode de vie, le risque CV et la surcharge pondérale et l’obésité.

Principaux résultats

  • L’aspirine à faible dose (75–100 mg par voie orale chaque jour) peut être envisagée pour la prévention primaire de la maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (MCVAS) chez certains adultes âgés de 40 à 70 ans présentant un risque plus élevé de MCVAS, mais pas chez ceux qui présentent un risque plus élevé de saignement.
  • L’aspirine à faible dose (75–100 mg par voie orale chaque jour) ne doit pas être administrée systématiquement pour la prévention primaire de la MCVAS chez les adultes âgés de plus de 70 ans.
  • Les adultes devraient pratiquer au moins 150 minutes par semaine d’activité physique aérobie d’intensité modérée cumulée ou 75 minutes par semaine d’activité physique aérobie d’intensité vigoureuse (ou une association équivalente d’activités modérées et vigoureuses) pour réduire le risque de MCVAS.
  • Un régime riche en légumes, fruits, légumineuses, fruits à coque, céréales complètes et poisson est recommandé pour réduire les facteurs de risque de MCVAS. La consommation d’acides gras trans doit être évitée.

Protocole de l’étude

  • Le comité de rédaction de 18 membres comprenait des cliniciens, des cardiologues, des chercheurs spécialistes des services de santé, des épidémiologistes, des internistes, des infirmiers, ainsi qu’un représentant non juriste.