ACC 2019—L’abstinence réduit l’ACFA dans l’essai sur la consommation d’alcool et la FA


  • Caleb Rans, PharmD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La réduction de la consommation d’alcool réduit le fardeau associé à l’ACFA et prolonge le délai avant la récidive chez les buveurs modérés, selon les données issues d’un essai randomisé. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les changements du mode de vie, comme l’abstinence, sont généralement fondés sur des données observationnelles qui sont susceptibles de prêter à confusion.
  • Il s’agit du premier essai randomisé à appuyer la réduction de la consommation d’alcool.

Protocole de l’étude

  • Essai prospectif, multicentrique, en ouvert, contrôlé randomisé sur la consommation d’alcool et la FA mené auprès de 140 patients atteints d’ACFA paroxystique ou persistante.
  • Les participants ont été affectés de manière aléatoire selon un ratio de 1:1 pour pratiquer l’abstinence ou poursuivre leur consommation habituelle (≥ 10 verres/semaine).

Principaux résultats

  • La consommation moyenne d’alcool dans le bras d’abstinence avant l’essai était de 16,8 ± 7,7 verres/semaine et a été réduite à 2 ± 4 verres/semaine pendant l’essai (réduction de 88 %).
  • Le fardeau associé à l’ACFA (% de temps passé en ACFA) était réduit de façon significative dans le groupe d’abstinence après 6 mois (5,6 % ± 12,4 % contre 8,2 % ± 14,5 % ; P = 0,01).
  • L’abstinence a prolongé de 37 % la survie sans ACFA (118 contre 86 jours ; P = 0,004).
  • À l’analyse multivariée, l’abstinence était le seul facteur prédictif négatif de récidive d’ACFA (RR = 0,52 ; IC à 95 % : 0,30–0,89). 

Limites

  • Échantillon de petite taille.
  • Courte durée de suivi.

Commentaires des experts

« L’abstinence d’alcool a été associée de manière indépendante à une réduction du fardeau associé à la fibrillation auriculaire, ainsi que des taux de récidive. [Nous avons également] constaté une légère perte de poids et une amélioration du contrôle de la pression artérielle », a déclaré Aleksandr Voskoboinik, MBBS, du service de médecine cardiovasculaire de l’hôpital Alfred (Alfred Hospital) à Melbourne. Il n’a pas participé à l’essai.