Abatacept et polyarthrite rhumatoïde : efficacité et sécurité à 5 ans

  • Genovese MC & al.
  • J Rheumatol
  • 15 avr. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats de cet essai d’efficacité et de tolérance de l’abatacept (ABA) 125 mg/semaine (forme IV ou SC durant 6 mois, puis SC) sur le long terme sont cohérents par rapport aux précédentes données disponibles. Ils montrent également que l’ABA en SC présente un profil de tolérance et d’efficacité constant dans le temps chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR) qui continuent à recevoir ce traitement. Aucun nouveau signal de sécurité n’a émergé, ce qui est pleinement rassurant.

Pourquoi est-ce important ?

Si l’efficacité et la tolérance de l’ABA en IV jusqu’à 7 ans sont bien établies, en revanche, l’efficacité et la tolérance de l’ABA en SC au long cours étaient moins bien connues. Ainsi, ces résultats sur cinq ans constituent des données permettant aux cliniciens de choisir ou d’adapter les stratégies thérapeutiques en ayant des données de bonnes qualités. Par ailleurs, ces résultats se veulent également rassurants sur les risques d’infections ou de cancer, deux points de vigilance chez les sujets atteints de PR traités par immuno-modulateur. 

Principaux résultats

Au global, sur les 1.385 patients qui ont terminé la première période de double aveugle de six mois, 68,8% ont terminé la période d’extension en ouvert, soit un traitement de 5 ans ou plus. 

L’étude a démontré l’amélioration de l’ACR20 après 6 mois et la non-infériorité de la forme SC versus la forme IV. Les patients inclus étaient principalement d’origine caucasienne (74,5%), 82,4% étaient des femmes, d’âge moyen 49,7 ans et la durée moyenne de la PR était de 7,6 ans.

Au moment de l’entrée dans la période de traitement en ouvert, 99,1% des patients recevaient ≥15 mg de MTX et 15 mg/semaine. L’efficacité durant cette période de suivi en ouvert était tout à fait cohérente et maintenue par rapport à celle de la période de double aveugle.

Au cours de la période d’extension durant laquelle les participants ont reçu de l’ABA en SC, 7,1% des patients ont arrêté leur traitement par ABA du fait d’évènements indésirables, 6,5% pour manque d’efficacité et 5,9% ont retiré leur consentement. Durant cette seconde période, 90,3% des patients ont eu des évènements indésirables, (faibles à modérés pour 77,7%). Le taux d’incidence (événement/100 patients-années) était de 38,60 et 1,68 respectivement pour les infections et les infections graves, de 1,09 pour les cancers et de 1,33 pour les troubles auto-immuns. Chacune de ces incidences relatives était stable dans le temps au cours de la période d’extension. Par ailleurs, aucune association entre l’immunogénicité et une moindre sécurité d’utilisation de l’ABA ou une perte d’efficacité n’a été mise en évidence dans le temps.

Méthodologie

L’étude ACQUIRE est un essai international de phase IIIb, randomisé (1:1), menée en double aveugle comparant l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’abatacept en sous-cutanée (125 mg/sem) versus la même molécule en intraveineux chez des sujets insuffisamment répondeurs à un traitement par méthotrexate durant 3 mois (≥10 articulations gonflées, ≥12 articulations douloureuses, taux de protéine C réactive ≥0,8 mg/dL).

Durant les six premiers mois, les patients ont reçu soit de l’ABA en IV soit de l’ABA en SC en plus d’un traitement par MTX, durant 24 semaines en double aveugle, puis durant une phase dite d’extension de 5 ans en ouvert, les patients ont reçu de l’ABA en SC à raison de 125 mg/semaine. 

Principales limitations

Des biais peuvent exister sur la deuxième phase de l’étude, celle-ci étant conduite en ouvert, non contrôlée.

Financement

Étude financée par Bristol-Myers Squibb.