AASLD 2019 — Le passage du TDF au TAF améliore les résultats osseux et rénaux dans le cadre d’une hépatite B


  • Brandon May
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’une hépatite B chronique présentant des facteurs de risque d’effets rénaux et osseux associés au fumarate de ténofovir disoproxil (TDF) présentent des améliorations des paramètres de sécurité d’emploi osseux et rénaux s’ils changent de traitement au profit du ténofovir alafénamide (TAF).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement privilégié par la plupart des recommandations sur l’hépatite B est le TAF, en particulier pour les patients présentant des facteurs de risque de toxicité avec le TDF.
  • Peu de recherches ont été menées sur le passage du TDF au TAF chez les patients atteints d’hépatite B chronique chez lesquels une suppression virologique est observée.

Protocole de l’étude

  • Des patients chez lesquels une suppression virologique a été obtenue sous TDF ont été affectés de manière aléatoire pour passer du TDF au TAF (n = 180) ou pour poursuivre le TDF (n = 178) pendant 48 semaines.
  • Environ 73 % des patients présentaient un ou plusieurs facteurs de risque avec le TDF.
  • Les variations des paramètres de sécurité d’emploi rénaux et osseux et l’efficacité antivirale ont été évalués à 48 semaines.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les patients étant passés du TDF au TAF ont présenté des améliorations médianes plus importantes des paramètres rénaux à 48 semaines, y compris en ce qui concerne la créatinine sérique (-0,01 contre +0,01 mg/dl ; P = 0,001) et le DFGeCG  (+1,86 contre -2,70 ml/minute ; P 
  • À 48 semaines, le passage au TAF était associé à des améliorations médianes plus importantes concernant la densité minérale osseuse de la hanche (0,668 % contre -0,527 % ; P 
  • L’efficacité était maintenue dans les deux groupes à 48 semaines (P = 0,96).

Limites

  • La population de l’étude était principalement composée d’hommes (66 %) et de patients d’origine asiatique (80 %).