AASLD 2019 — L’association du carvédilol et de la LEV prévient la première hémorragie variqueuse dans le cadre de la cirrhose de classe Child B et C


  • Brandon May
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La combinaison du carvédilol et d’une ligature endoscopique des varices (LEV) est associée à une prévention primaire des premières hémorragies variqueuses plus importante dans le cadre de la cirrhose de classe Child B et C avec des varices à haut risque, par rapport à la monothérapie par carvédilol ou à la LEV seule.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’une cirrhose de classe Child B et C et de varices œsophagiennes présentent un risque plus élevé d’hémorragie après avoir fait l’objet d’une LEV.

Protocole de l’étude

  • Des patients atteints d’une cirrhose de Child B et C et de grandes (> 5 mm [48,9 %]) ou de petites (
  • Le critère d’évaluation principal était la première hémorragie variqueuse.
  • Les critères d’évaluation secondaires comprenaient la mortalité liée aux hémorragies, l’insuffisance rénale aiguë (IRA) et le choc.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Pendant un suivi médian de 10,42 mois, la probabilité de survenue d’un premier événement hémorragique était de 37,8 % pour la monothérapie par carvédilol contre 8,9 % pour l’association de traitement (P 
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes au niveau de la mortalité liée aux hémorragies (P = 0,79).
  • Les chercheurs n’ont observé aucune différence entre les groupes au niveau de l’IRA ou du choc pendant la période de suivi (P = valeur non significative, pour les deux).
  • Une incidence plus élevée de saignement d’un ulcère après la LEV a été observée avec la LEV seule, par rapport à l’association de carvédilol et de la LEV (6,7 % contre 3,3 % ; P = 0,05).

Limites

  • Le nombre de patients dans chaque groupe était relativement faible.