AAN 2019—Pronostic neurologique après un arrêt cardiaque : Les médecins manquent souvent de confiance


  • Daniel M. Keller, Ph.D
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Il manque souvent à de nombreux cliniciens la confiance nécessaire pour prédire avec exactitude les issues neurologiques des patients après un arrêt cardiaque.
  • La principale source de connaissances dans ce domaine venait des pairs et non d’une ressource universitaire.

Pourquoi est-ce important

  • Les résultats ont des implications pour les soins et la prise de décisions concernant la fin de vie avec les familles, suggérant la nécessité d’une ressource facilement consultable par les professionnels de santé pour établir un pronostic.

Principaux résultats

  • 48 (29 %) réponses au questionnaire ont été reçues.
  • 35 % des cliniciens ont exprimé une gêne à l’égard de leur pratique ou de leur formation en pronostic neurologique après un arrêt cardiaque (PNAAC ; 41 %).
  • Comparativement aux neurologues, les non-neurologues sont moins à l’aise/ satisfaits de leur pratique ou de leur formation en PNAAC (P = 0,041).
  • Les médecins non titulaires sont moins à l’aise/satisfaits que les médecins titulaires (P = 0,002).
  • Sources de connaissances en matière de PNAAC : pairs (77 %), site Web d’information UpToDate (35 %), article de synthèse (31 %), conférence didactique (19 %), conférence de formation continue (13 %).
  • Les professionnels de santé déclarent souvent se fier à diverses évaluations 1 à 3 jours plus tôt que ne le suggère une recommandation récente.

Protocole de l’étude

  • Un lien vers un questionnaire sur le PNAAC a été envoyé par courriel à des médecins titulaires, des boursiers postdoctoraux, des médecins en formation postdoctorale, des infirmiers praticiens et des aidants dans des USI médicaux, cardiaques et chirurgicaux, et au service de neurologie de l’hôpital universitaire Robert Wood Johnson (Robert Wood Johnson University Hospital), de juin à juillet 2018.
  • Les 12 questions posées portaient sur la compréhension des examens, des évaluations d’examens cliniques et des antécédents cliniques utilisés pour établir le PNAAC par les professionnels de santé ainsi que sur leur ressenti.

Limites

  • Étude menée dans un seul établissement et portant sur un échantillon de petite taille.
  • Les personnes interrogées ont été auto-sélectionnées, de sorte qu’elles n’étaient peut-être pas représentatives de l’ensemble de la cohorte de pairs.