AAN 2019—Les symptômes dépressifs sont liés à un risque ultérieur d’AVC


  • Daniel M. Keller, Ph.D
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le niveau des symptômes dépressifs chez une population adulte plus âgée est associé à un risque accru d’AVC ischémique au cours du suivi.

Pourquoi est-ce important

  • Des symptômes dépressifs accrus étaient fréquents chez ces adultes plus âgés et étaient associés à une augmentation de 75 % du risque d’AVC ischémique.

Principaux résultats

  • 198/1 104 (18 %) participants, score ≥ 16 à l’échelle de dépression du Centre d’études épidémiologiques (Center for Epidemiological Studies–Depression Scale, CES-D).
  • À l’entrée dans l’étude, les symptômes dépressifs étaient plus marqués chez les femmes (P 
  • À l’issue d’une durée moyenne de suivi de 11 ans, l’incidence cumulée d’AVC était de 13 % : Score CES-D
  • Pour un score CES-D ≥ vs

Protocole de l’étude

  • Sous-étude IRM de l’étude Manhattan du Nord menée à New York et Miami.
  • Adultes non hospitalisés âgés de ≥ 55 ans, d’origine ethnique blanche, noire ou hispanique.
  • Sans AVC à l’entrée dans l’étude.
  • Symptômes dépressifs autodéclarés d’après l’échelle CES-D (≥ vs
  • Financement : Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux (National Institute of Neurological Disorders and Stroke) et Association américaine du cœur/Association américaine de l’AVC (American Heart Association/American Stroke Association).

Limites

  • La taille de l’échantillon et l’incidence d’AVC sont relativement faibles.
  • L’étude observationnelle ne suggère pas un lien de causalité.

Commentaires des experts

  • L’auteur principal de l’étude, Marialaura Simonetto, a déclaré que l’effet du traitement de la dépression n’a pas encore été analysé.