AAN 2018 — Un nouvel agent pourrait aider les patients atteints de migraine

  • Univadis
  • Conference Report
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ubrogépant pourrait offrir une nouvelle option de soulagement de la douleur aux personnes souffrant de migraine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusqu’à 30 % des patients ne répondent pas aux thérapies par triptan, qui est considéré comme le traitement de référence de la migraine.

Principaux résultats

  • Environ 19,2 % des 442 patients traités avec une dose de 50 mg d’ubrogépant ont obtenu une absence de douleur à 2 heures contre 11,8 % des 456 patients traités par placebo (P < 0,003).
  • Environ 21,2 % des patients traités avec la dose de 100 mg d’ubrogépant ne présentaient aucune douleur à 2 heures.
  • Environ 38,6 % des patients traités par 50 mg d’ubrogépant ne présentaient aucun symptôme associé à la migraine à 2 heures contre 27,8 % des patients sous placebo.

Conception de l’étude

  • Dans l’étude de phase III multicentrique réalisée au cours d’une seule crise migraineuse, les chercheurs ont recruté des patients adultes souffrant de migraine, avec ou sans aura, qui ont été affectés selon un ratio 1:1:1 à un traitement par 50 mg d’ubrogépant, 100 mg d’ubrogépant ou placebo.

Limites

  • L’étude ne disposait pas d’un bras comparatif actif.

Commentaires des experts

  • « Un obstacle doit être surmonté dans cette étude, dans la mesure où elle ne dispose pas d’un comparateur actif tel qu’un AINS ou du paracétamol, comme ce serait le cas dans un scénario plus réaliste. Les patients migraineux savent qu’un placebo n’a aucun effet sur une migraine. De futures études comparatives nous informeront de la place de l’ubrogépant dans les algorithmes de traitement pour le traitement de la migraine. » – Dr Natalie Rost, MPH, présidente du comité scientifique pour l’AAN, et professeur adjoint de neurologie à l’Hôpital général du Massachusetts (Massachusetts General Hospital) de l’École de médecine de Harvard (Harvard Medical School), Boston. Elle n’a pas participé à l’essai.