AAD 2019—Un lien entre la sudation excessive et les troubles psychiatriques a été établi


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’hyperhidrose (HH) primaire est associée de manière significative à la dépression, l’anxiété et au trouble déficitaire de l’attention (Attention-Deficit Disorder, ADD).

Pourquoi est-ce important ?

  • La prévalence de la dépression, l’anxiété et l’ADD est plus élevée chez les patients atteints d’HH qu’au sein de la population générale.
  • L’HH commence généralement chez les préadolescents et adolescents, une population plus vulnérable aux problèmes de santé mentale.
  • Les médecins doivent être conscients des comorbidités psychiatriques susceptibles de toucher les patients consultant pour une HH.

Principaux résultats

  • Dans la population de patients atteints d’HH analysée, 13,8 % souffraient d’anxiété, 12,4 % de dépression et 6,4 % d’ADD ; ces pourcentages sont nettement plus élevés que ceux observés au sein de la population générale.
  • Une association significative entre la dépression, l’anxiété et l’ADD a été observée chez tous les patients, quel que soit le sexe ou l’âge.
  • Le nombre de centres d’HH impliqués était corrélé positivement avec une augmentation de la prévalence des troubles psychiatriques.
  • Aucun lien entre l’emplacement ou la sévérité de la maladie, telle que mesurée d’après l’échelle de sévérité de l’hyperhidrose (Hyperhidrosis Disease Severity Scale, HHDS), et les problèmes de santé mentale n’a été observé.

Protocole de l’étude

  • 500 patients atteints d’HH ont été identifiés dans un seul centre entre 2011 et 2018.
  • L’âge, le sexe, l’emplacement anatomique de l’HH et l’échelle HHDS ont été mesurés.
  • Financement : Aucune.

Limites

  • Étude observationnelle prospective.