AAD 2019—Le risankizumab est plus efficace que l’ustékinumab dans le cadre du psoriasis modéré à sévère


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse de deux essais de phase III UltlMMa-1 et UltlMMa-2 démontre que le risankizumab est plus efficace que l’ustékinumab chez les patients atteints de psoriasis modéré à sévère.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude est favorable à l’utilisation du risankizumab dans plusieurs populations de patients.

Principaux résultats

  • Les patients traités par risankizumab ont obtenu des résultats nettement plus élevés pour les mesures d’efficacité PASI90 et sGA 0/1 que ceux de l’ustékinumab (P 
  • Les scores moyens de référence de l’indice d’étendue et de sévérité du psoriasis (Psoriasis Area and Severity Index, PASI) et de la surface du corps touchée étaient semblables dans les deux groupes de patients.
  • À la semaine 52, la proportion de patients ayant obtenu un score PASI90 et sGA 0/1 était nettement plus élevée chez ceux recevant du risankizumab que chez les patients recevant de l’ustékinumab.
    • Intervalle PASI90 (77,6–85,9 % dans le groupe risankizumab contre 30,8–56,3 % dans le groupe ustékinumab).
    • Intervalle sGA 0/1 (79,5–90,6 % dans le groupe risankizumab contre 39,4–65,2 % dans le groupe ustékinumab).
  • Les résultats étaient uniformes dans tous les sous-groupes de patients définis par données démographiques de référence, caractéristiques de la maladie et réponse biologique antérieure.
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été rapporté dans cette étude et le profil d’événements indésirables était semblable dans les groupes risankizumab et ustékinumab.

Protocole de l’étude

  • 598 patients ont reçu du risankizumab et 199 de l’ustékinumab. La quantité de traitements biologiques antérieurs était semblable dans les deux groupes.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire, selon un rapport de 3:3:1, pour recevoir 150 mg de risankizumab, 45 ou 90 mg d’ustékinumab, ou un placebo. Les patients ont reçu des injections aux semaines 0, 4, 16, 28 et 40 (partie A, semaines 0-4).
  • À la semaine 16, les patients sous placebo ont reçu 150 mg de risankizumab.
  • Les patients ont reçu du risankizumab ou de l’ustékinumab aux semaines 16, 28 et 40 (partie B, semaines 16-52).
  • Financement : AbbVie Inc.

Limites

  • Aucune.