AACR 2020 — Que peut révéler une asymétrie de la densité mammaire au sujet du risque de cancer du sein ?


  • Elena Riboldi — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une asymétrie de la densité mammaire est en grande partie non associée aux facteurs de risque établis du cancer du sein (CS).
  • Une asymétrie localisée associée à une lésion suspecte pourrait être un signal d’alerte.

Pourquoi est-ce important ?

  • La densité mammaire à la mammographie est un facteur de risque de CS.
  • Des résultats antérieurs ont suggéré qu’une asymétrie mammaire pourrait indiquer un risque accru de CS.

Protocole de l’étude

  • L’étude a inclus 854 femmes participant au projet BREAST Stamp Project. Toutes ont fait l’objet d’une biopsie mammaire guidée par imagerie.
  • Les diagnostics étaient classés comme suit : maladie mammaire bénigne (MMB) non proliférative (n = 285), MMB proliférative (n = 371) et CS in situ/invasif (n = 198).
  • L’asymétrie bilatérale globale était définie comme le pourcentage de volume fibroglandulaire (%VFG) du sein ipsilatéral (biopsié) moins le %VFG du sein controlatéral.
  • L’asymétrie bilatérale locale était définie comme le %VFG d’un volume défini autour du site de la biopsie moins le %VFG du site correspondant dans le sein controlatéral.

Principaux résultats

  • Aucune association n’a été observée entre l’asymétrie bilatérale globale ou locale et les facteurs de risque de CS évalués, y compris l’âge, l’indice de masse corporelle (IMC), les origines ethniques et les facteurs reproductifs.
  • Des antécédents familiaux de CS étaient associés à une asymétrie bilatérale globale chez les femmes atteintes d’une MMB non proliférative :
    • Rapport de cotes (RC) de 1,92 (IC à 95 % : 1,14–2,23).
  • Aucune association n’a été observée entre l’asymétrie bilatérale globale ou locale et le diagnostic lors de la biopsie mammaire.
  • Comparativement aux femmes atteintes d’une MMB proliférative, les femmes atteintes d’une MMB non proliférative étaient plus susceptibles d’être dans le quatrième quartile que dans le premier quartile au niveau de la différence absolue globale (asymétrie plus importante).
  • Comparativement aux femmes atteintes d’une MMB proliférative, les femmes atteintes d’un CS in situ/invasif étaient plus susceptibles d’être dans le quatrième quartile que dans le premier quartile au niveau de la différence absolue locale.
  • Les travaux en cours se concentrent sur la relation entre l’asymétrie bilatérale de la densité mammaire et le risque futur de CS.