AACR 2020 – L’analyse systématique des mutations de BRAF permet d’identifier les patients sensibles aux inhibiteurs de BRAF


  • Daniela Ovadia — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le paysage mutationnel de BRAF se compose de plus de 500 altérations.
  • Les mutations V600 et non V600 diffèrent au niveau de la distribution des types de tumeurs et de la co-occurrence de la mutation, en raison de différentes propriétés fonctionnelles et de la sensibilité aux médicaments.

Pourquoi est-ce important ?

  • La cascade de signalisation des protéines kinases activées par un mitogène–kinases régulées par les signaux extracellulaires (Mitogen-Activated Protein Kinases–Extracellular signal-Regulated Kinases, MAPK–ERK) fait partie des voies présentant le plus souvent une mutation dans le cadre d’un cancer humain, et la mutation BRAF V600 constitue l’altération la plus fréquente.
  • Les mutations V600 de classe 1 sont bien connues, mais les mutations non V600 sont moins étudiées. Les inhibiteurs de BRAF sont conçus pour les mutations de classe 1, tandis que les autres types de mutations sont résistants (mais sensibles aux inhibiteurs de deuxième génération).

Protocole de l’étude

  • Les auteurs ont profilé 151 mutations de BRAF différentes et leur réponse à 4 inhibiteurs de BRAF différents, le vémurafénib et 3 inhibiteurs exploratoires de 2e génération différents, à l’aide d’une méthode à haut rendement.

Principaux résultats

  • Ils ont constaté qu’environ 25 % des mutations activaient la voie MAPK.
  • De nombreuses nouvelles mutations activatrices ont été identifiées, dont certaines en dehors des domaines connus.
  • Le vémurafénib a inhibé efficacement les mutations V600, mais pas les autres types de mutations (en particulier les fusions de BRAF).
  • Les inhibiteurs expérimentaux de deuxième génération étaient efficaces contre les mutations V600 et non V600.
  • Ces données peuvent servir de base pour la conception rationnelle de médicaments et pour établir des options de traitement plus précises pour les patients.

Commentaire d’expert

Le Dr Gregory J. Riely, MD, PhD, du Centre de cancérologie Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center), à New York, a déclaré : « Le projet GENIE de l’Association américaine pour la recherche sur le cancer (American Association for Cancer Research, AACR) est un registre international sur le cancer accessible au public, qui contient des données issues de la pratique réelle, rassemblées grâce au partage de données entre 19 des principaux centres de cancérologie au monde. Le registre regroupe et relie des données de séquençage génomique de cancer de nouvelle génération utilisé dans la pratique clinique à des résultats cliniques obtenus dans le cadre de la pratique médicale de routine, chez des patients atteints d’un cancer. Comme le démontre cette étude, le registre répond à un besoin non satisfait en oncologie, car il offre la puissance statistique nécessaire pour améliorer la prise de décision clinique. »

L’AACR 2020 étant un congrès virtuel, les utilisateurs enregistrés peuvent regarder cette session et toutes les présentations en ligne.