AACR 2020 – Du cholestérol élevé au cancer de l’ovaire, serait-ce le moment de repositionner les statines ?


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les statines, en particulier les versions lipophiles, sont associées à une réduction de la mortalité chez les patientes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire (CEO).
  • Ces réductions sont observées quels que soient le stade, le traitement et le sous-type de CEO.
  • Une évaluation plus approfondie des statines lipophiles dans le cadre du CEO est justifiée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le taux de survie globale à 5 ans en cas de CEO est inférieur à 50 %, sans aucune stratégie de dépistage efficace disponible.
  • Des alternatives thérapeutiques moins coûteuses sont nécessaires.
  • Fréquemment utilisées, peu coûteuses et bien tolérées, les statines agissent sur la voie du mévalonate, qui est impliquée dans la tumorigenèse.

Protocole de l’étude

  • Une étude observationnelle a été menée à partir des données du registre national finlandais du cancer, lié à la base de données nationale des demandes de remboursement d’ordonnance.
  • Patientes : 10 062 femmes atteintes d’un CEO incident, ayant reçu un diagnostic entre 1995 et 2015.
  • Les corrections comprenaient l’âge au moment du diagnostic, le stade, le sous-type de cancer, les traitements et les médicaments pris pour des maladies chroniques.
  • L’objectif principal était de déterminer si les statines pouvaient améliorer la survie chez les femmes atteintes d’un CEO.
  • Financement : ministère de la Défense ; Fondation pour la recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation).

Principaux résultats

  • 2 621 utilisatrices de statines ont été identifiées, dont 80 % étaient sous statines lipophiles.
  • Mortalité liée au cancer de l’ovaire :
    • Réduction de 40 % avec l’utilisation de statines, comparativement aux patientes n’en ayant jamais pris.
    • Réduction de 43 % avec l’utilisation de statines lipophiles, comparativement aux patientes n’en ayant jamais pris.
  • Des réductions de la mortalité liée au cancer de l’ovaire ont été observées pour tous les sous-types, mais elles étaient les plus significatives dans les sous-types séreux (le sous-type le plus fréquent ; réduction de 40 %) et endométrioïde (réduction de 50 %).
  • Des réductions ont été observées même lorsque le traitement par statine était initié après le diagnostic de CEO.  

Limites

  • Protocole observationnel.
  • Seules des résidentes finlandaises ont été incluses.

Commentaire d’expert

  • « Cette observation provocante concernant l’association entre l’utilisation de statines et la réduction de 40 % de la mortalité liée au cancer de l’ovaire doit être validée dans le cadre d’essais contrôlés randomisés », a déclaré Antoni Ribas, professeur de médecine, de chirurgie et de pharmacologie moléculaire et médicale au Centre médical de l’Université de Californie de Los Angeles (University of California, Los Angeles [UCLA] Medical Center), et président élu de l’Association américaine pour la recherche sur le cancer (American Association for Cancer Research, AACR), pour 2019–2020. « En outre, ces données justifient la mise en œuvre d’études de chimioprévention. »