AACR 2020 — CBPC : un traitement de deuxième intention par camrélizumab-apatinib montre une activité


  • Deepa Koli
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement de deuxième intention avec l’association camrélizumab et apatinib a montré une activité antitumorale puissante chez des patients atteints d’un cancer bronchique à petites cellules (CBPC) de stade étendu, avec un profil de toxicité acceptable. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement de référence actuel dans ce contexte est associé à un faible taux de réponse et à une durée de réponse courte.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase II à 3 cohortes parallèles PASSION a été mené.
  • 18 patients atteints d’un CBPC de stade étendu ont été affectés de manière aléatoire (rapport de 1:1:1 ; stade 1) pour recevoir du camrélizumab par voie intraveineuse toutes les 2 semaines avec de l’apatinib par voie orale 1 fois par jour (DIE), 5 jours avec traitement/2 jours sans traitement, ou 7 jours avec traitement/7 jours sans traitement.
  • La cohorte DIE a été élargie à 47 patients au stade 2.
  • Financement : Jiangsu Hengrui Medicine Co. Ltd.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale (TRG) était de 34,0 % dans la cohorte DIE, et de 33,3 % dans les 2 autres cohortes.
  • Dans la cohorte DIE :
    • TRG : 34,0 %.
    • Survie globale (SG) : 8,4 mois.
    • Survie sans progression (SSP) : 3,6 mois.
  • Chez les patients chimiosensibles et chimiorésistants (rechute de la maladie au moins 90 jours et moins de 90 jours après la chimiothérapie à base de platine, respectivement), aucune différence n’a été observée en termes de :
    • TRG (37,5 %, contre 32,3 %) ; 
    • SSP médiane (3,6 mois, contre 2,7 mois) ; et
    • SG médiane (9,6 mois, contre 8,0 mois).
  • Le taux d’événements indésirables liés au traitement de grade supérieur ou égal à 3 était de 72,9 %. Les plus fréquents étaient l’hypertension (25,4 %), le syndrome main-pied (13,6 %) et la baisse de la numération plaquettaire (13,6 %).
  • Taux d’interruptions du traitement liées aux toxicités : 8,4 %.
  • Aucun décès lié au traitement n’a été rapporté.

Limites

  • Essai mené en ouvert, sans comparateur.

L’AACR 2020 étant un congrès virtuel, les utilisateurs enregistrés peuvent regarder cette session et toutes les présentations en ligne.