AACR 2020 – Association d’une immunothérapie et d’un traitement ciblé dans le cadre du mélanome avancé avec mutations BRAFV600


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement combiné à base d’atézolizumab, de cobimétinib et de vémurafénib (A/C/V) a permis d’obtenir une amélioration de la survie sans progression (SSP), telle qu’évaluée par l’investigateur, et de la durée de réponse (DR), comparativement à l’association placebo (Pbo)/C/V.
  • L’association était tolérée et gérable.
  • Le schéma A/C/V représente une option viable pour les patients non préalablement traités atteints d’un mélanome avancé avec mutations BRAFV600.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les taux de réponse objective (TRO) avec les inhibiteurs de BRAF et de MEK (iBRAF, iMEK) sont élevés, mais souvent de courte durée, dans le cadre du mélanome avancé avec mutation de BRAF.
  • Le traitement par inhibiteur de point de contrôle immunitaire (TIPC) engendre des taux de réponse plus faibles, mais des réponses plus durables.
  • Associer iBRAF, iMEK et TIPC pourrait permettre de surmonter les limitations cliniques individuelles de ces médicaments.

Protocole de l’étude

  • Dans le cadre de cet essai de phase III, 514 patients naïfs de traitement atteints d’un mélanome de stade IIIc/IV non résécable, avec mutations BRAFV600, ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir l’association A/C/V (n = 256) ou Pbo/C/V (n = 258).
  • Critère d’évaluation principal : la SSP évaluée par l’investigateur ; les critères d’évaluation secondaires comprenaient : le TRO, la DR et la survie globale (SG).
  • Financement : F.Hoffman-La Roche Ltd et Genentech.

Principaux résultats

  • La SSP évaluée par l’investigateur était de 15,1 et 10,6 mois dans les groupes A/C/V et Pbo/C/V, respectivement (P = 0,025).
  • Le TRO était similaire dans les 2 groupes (66,3 % avec A/C/V et 65,0 % avec Pbo/C/V).
  • La DR médiane était supérieure avec A/C/V (21,0 mois), comparativement à Pbo/C/V (12,6 mois).
  • Les données de SG n’étaient pas arrivées à maturation.
  • Le profil de sécurité d’emploi du schéma A/C/V était cohérent avec les risques connus pour chacun des médicaments individuellement.

Commentaire d’expert

« Associer un blocage de point de contrôle immunitaire et un traitement ciblé fonctionne de manière évidente dans certains contextes, mais nous ne savons pas pourquoi. Les technologies d’analyse de cellules uniques (séquençage des acides ribonucléiques sur cellules uniques [single-cell RNA sequencing, scRNA-seq], transcriptomique spatiale) peuvent permettre de répondre à cette question », estime Charles L. Sawyers. Investigateur à l’Institut médical Howard Hughes (Howard Hughes Medical Institute) ; Président du Programme d’oncologie et de pathogenèse humaines (Human Oncology and Pathogenesis Program). Centre de cancérologie Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center), New York, États-Unis.

L’AACR 2020 étant un congrès virtuel, les utilisateurs enregistrés peuvent regarder cette session et toutes les présentations en ligne.