AACR 2019—Le traitement par lymphocytes T-CAR ciblant la mésothéline présente des avantages dans le cadre des tumeurs pleurales solides


  • Keren Landman, MD
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des lymphocytes T  exprimant des récepteurs antigéniques chimériques (Chimeric Antigen Receptor, CAR) ciblant la mésothéline (MSLN) administrés par voie intrapleurale ont démontré une activité contre des tumeurs pleurales solides chez un petit groupe de patients.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement par lymphocytes T-CAR est efficace contre les hémopathies malignes, mais son utilisation dans le cadre de cancers solides a été limitée.
  • Bien que les cancers pleuraux soient des tumeurs agressives, le dernier traitement approuvé au début des années 2000 par la FDA pour cette maladie n’a conféré qu’un bénéfice de 3 mois en termes de SG et de SSP.

Protocole de l’étude

  • Étude de phase I menée chez des patients atteints d’une maladie pleurale maligne exprimant la mésothéline ; 40 % d’entre eux avaient déjà reçu au moins 3 lignes de traitement antérieurs.
  • 21 patients ont reçu une dose de lymphocytes T-CAR humains, ciblant la mésothéline, exprimant le gène de sécurité de l’iCaspase-9 et costimulés par la molécule CD2, administrés par voie intrapleurale avec (18) ou sans (3) cyclophosphamide.
  • 6 à 17 semaines plus tard, 14 patients ont reçu des agents anti-PD1 hors protocole.
  • Sources de financement : NCI, DoD, SU2C, Fondation Baker Street (Baker Street Foundation).

Principaux résultats

  • Le taux de réponse était de 72 % chez 11 patients ayant reçu du cyclophosphamide, des lymphocytes T-CAR et ≥ 3 doses d’anti-PD1, avec au moins 3 mois de suivi : 2 patients ont obtenu une réponse complète, 5 une réponse partielle et 4 présentaient une maladie stable.
  • Aucune toxicité sur la cible ou hors tumeur ni aucun signe d’immunogénicité n’a été observé.
  • Il n’y a pas eu de >toxicité de grade 2, mais 1 patient a présenté une neutropénie fébrile liée au cyclophosphamide.

Limites

  • Essai de phase I ; l’efficacité à long terme n’a pas été établie.