AACR 2019—Le giltéritinib améliore la survie dans le cadre de la LMA avec une mutation du gène FLT3


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement par giltéritinib a amélioré la survie, par rapport à la chimiothérapie standard chez des patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire (R/R) avec une mutation du gène FLT3.

Pourquoi est-ce important ?

  • La rechute est fréquente dans le cadre de la LMA et jusqu’à 40 % des patients sont réfractaires à la chimiothérapie d’induction.
  • La LMA R/R est associée à une survie courte et à une réponse défavorable à la chimiothérapie de rattrapage.
  • Une mutation du gène FLT3, qui est présente dans environ un tiers des cas de LMA diagnostiqués aux États-Unis, est associée à un mauvais pronostic.

Protocole de l’étude

  • L’essai ADMIRAL était un essai clinique de phase III randomisé, mené auprès de 371 patients atteints d’une LMA R/R avec une mutation du gène FLT3 affectés de manière aléatoire pour recevoir du giltéritinib (247 patients) ou un traitement au choix de l’investigateur (avant la randomisation) par un protocole de chimiothérapie standard (124 patients), avant une greffe de cellules souches hématopoïétiques.
  • Financement : Astellas Pharma US Inc.

Principaux résultats

  • 84 (34 %) des patients recevant du giltéritinib ont obtenu une réponse complète (RC) ou une RC avec un rétablissement hématologique partiel, comparativement à 19 (15 %) des patients ayant reçu une chimiothérapie standard.
  • La SG médiane et la survie à 12 mois étaient de 9,3 mois et de 37,1 % dans le groupe giltéritinib contre 5,6 mois et 16,7 % dans le groupe de chimiothérapie standard.

Limites

  • En raison de l’autorisation par la FDA d’un agent ciblant le gène FLT3 au cours de l’inclusion, un petit nombre de patients des deux bras avait déjà reçu un traitement ciblant le gène FLT3, ce qui pourrait avoir réduit la réponse au giltéritinib.
  • Le giltéritinib est très sélectif dans son activité, ce qui laisse ouverte la possibilité que d’autres mutations puissent stimuler la croissance des cellules, en particulier au stade R/R.

Commentaires des experts

  • « Il s’agit d’une nouvelle stratégie transformant les pratiques, quelque chose dont nous avons besoin dans le domaine du traitement de la LMA depuis que je suis oncologue. C’est pourquoi c’est réellement unique et important de disposer d’une telle stratégie », a déclaré Dr Louis Wiener, coprésident du comité des essais cliniques de l’assemblée annuelle de l’AACR et directeur du centre de lutte contre le cancer Georgetown Lombardi (Georgetown Lombardi Comprehensive Cancer Center).