AACR 2019—L’association pembrolizumab/chimiothérapie améliore la survie dans le cadre du CPNPC avec des métastases cérébrales/hépatiques


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout du pembrolizumab à la chimiothérapie au pémétrexed-platine a amélioré la SSP et la SG chez des patients présentant des métastases du CPNPC au foie et au cerveau.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic des patients atteints d’un CPNPC non épidermoïde métastatique est historiquement mauvais.

Protocole de l’étude

  • Analyse post-hoc des données portant sur des patients atteints d’un CPNPC non traité avec des métastases hépatiques/cérébrales inclus dans l’essai de phase III KEYNOTE-189, randomisé selon un rapport 2:1 et contrôlé par placebo, portant sur l’association pémétrexed-platine avec ou sans pembrolizumab.
  • La randomisation a été stratifiée en fonction du score de proportion tumorale de l’expression du ligand 1 de mort programmée, du type de platine (carboplatine ou cisplatine) et du statut tabagique.
  • Les patients présentaient un indice de performance selon le Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte Est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group) de 0/1 et n’avaient pas de réarrangement de l’ALK ou mutation de l’EGFR.
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • 19 % des patients présentaient des métastases hépatiques et 18 % des métastases cérébrales.
  • La durée médiane de suivi était de 18,7 mois.
  • Les patients présentant à la fois des métastases hépatiques et cérébrales, qui recevaient le pembrolizumab plutôt que le placebo, avaient des valeurs plus élevées au niveau :
    • De la SSP :
      • Foie : 6,1 (IC à 95 % : 4,7–8,5) contre 3,4 (IC à 95 % : 2,8–4,7).
      • Cerveau : 6,9 (IC à 95 % : 5,4–11,0) contre 4,7 (IC à 95 % : 2,2–5,5).
    • De la SG :
      • Foie : 12,6 (IC à 95 % : 8,1–19,1) contre 6.6 (IC à 95 % : 4,6–7,6).
      • Cerveau : 19,2 (IC à 95 % : 15,0–25,9) contre 7,5 (IC à 95 % : 4,6–10,0).
  • Le risque de décès et/ou de progression était réduit de près de moitié, indépendamment de la présence ou de l’absence de métastases hépatiques ou cérébrales.

Limites

  • Analyse post-hoc.