À la recherche de biomarqueurs prédictifs de l’évolution de la fibrose pulmonaire idiopathique


  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude post-hoc a été conduite à partir des études cliniques CAPACITY et ASCEND dédiées à l’évaluation de la pirfénidone afin d’identifier d’éventuels biomarqueurs prédictifs et pronostiques de la progression de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) et de la capacité vitale forcée (CVF) : parmi les 18 biomarqueurs sanguins analysés, seule CCL18, une chimiokine associée aux processus inflammatoires et fibrotiques de la maladie, est apparue significative en tant que facteur pronostique. Parallèlement, CXCL13, et la périostine possédaient aussi une valeur pronostique, dans une moindre mesure. En revanche, aucun biomarqueur n’a pu être identifié comme permettant de prédire l’efficacité de la pirfénidone.

  • Selon les auteurs, leurs résultats, distincts d’études préalables observationnelles peuvent sans doute s’expliquer par la constitution des cohortes respectivement étudiées.

  • L’éditorial accompagnant cet article souligne l’importance d’une telle étude mais regrette le manque de résultats pertinents lié à une sélection peut être inadéquate des biomarqueurs analysés. Quant à l’absence d’identification de biomarqueur prédictif de la réponse thérapeutique à la pirfénidone, elle pourrait reposer sur le trop grand intervalle de temps séparant les prélèvements ayant servi à l’analyse. Une étude similaire est en cours à partir des essais cliniques consacrés au nintedanib. Elle pourrait délivrer des données complémentaires.

Pourquoi est-ce important ?

La progression de la FPI est hétérogène et rend indispensable l’identification de paramètres prédictifs de l’évolution ou de l’efficacité de la prise en charge thérapeutique. Disposer de tels biomarqueurs permettrait de mieux individualiser la prise en charge et de faciliter la conduite des essais cliniques.

Principaux résultats

  • La cohorte de test issue des essais CAPACITY 004 et 006 incluait 177 et 130 patients. La cohorte de validation issue de l’étude ASCEND regroupait 466 patients.

  • Dans la cohorte de test, sept biomarqueurs sont apparus comme ayant une valeur pronostique significative de l’évolution de la CVF à 48 semaines : CCL18, COMP, CXCL13, CXCL14, périostine, YKL40. Seul CCL18 a conservé une valeur prédictive pertinente dans la cohorte de validation (p=0,004), tandis que CXCL13 et la périostine présentaient une corrélation avec l’évolution de la CVF, mais leur valeur prédictive était non significative.

  • Étant donné que les biomarqueurs représentaient des voies physiopathologiques diverses, les auteurs ont évalué la corrélation entre différentes paires de biomarqueurs : seuls CXCL13 et CCL18 présentaient une intercorrélation modeste. Enfin, la combinaison de CCL18, CXCL13 et de la périsostine offrait la meilleure valeur pronostique du déclin de la CVF.

  • Aucun des biomarqueurs n’a été identifié comme permettant de prédire la réponse à la pirfénidone dans la cohorte test comme la cohorte de validation.

Méthodologie

  • Les données des études randomisées CAPACITY 004, CAPACITY 006 et ASCEND ayant évalué l’efficacité de la pirfénidone versus placebo, ont été utilisées pour cette analyse.

  • Dix-huit biomarqueurs sériques ont été sélectionnés et analysés : CCL13, CCL17, CCL18, CXCL13, CXCL14, COMP, IL-13, MMP3, MMP7, ostéopontine, périostine, YKL40.

Principales limitations

  • Analyse post-hoc nécessitant une validation par une étude prospective.

  • Les valeurs seuils des biomarqueurs utilisées pour tester leur valeur prédictive étaient des valeurs médianes dont la pertinence devrait être validée.

Financement

L’analyse post-hoc a été financée par Genentech Inc.